21 05, 2005

Accès aux antirétroviraux en Côte d’Ivoire : les ruptures de stock auraient pu être évitées

Par |2023-11-24T16:15:59+01:00samedi 21 mai 2005|Catégories : Archives|Mots-clés : , , |

Pendant 3 mois, un certain nombre de molécules n'ont plus été accessibles aux malades ivoiriens qui les recevaient par le biais du programme national de prise en charge. Ces difficultés ne sont pas, pour une fois, d'origine financière. À la base de cet épuisement, on trouve cette fois un défaut d'encadrement du gouvernement sur les traitements prescrits par les médecins agréés.

29 05, 2003

Rébellion des séropositifs en Côte d’Ivoire

Par |2023-11-24T16:17:04+01:00jeudi 29 mai 2003|Catégories : Archives|Mots-clés : , , , |

A Abidjan, les associations s'activent. L'enjeu est d'importance : l'accès aux antirétroviraux sous forme générique.

01 12, 2000

copie = vie

Par |2023-11-24T16:18:06+01:00vendredi 1 décembre 2000|Catégories : Archives|Mots-clés : , , , |

A l'occassion d'une petite réception organisée par le Syndicat National de l'Industrie Pharmaceutique pour les médecins africains, le 15 novembre dernier, les militants d'Act Up-Paris n'ont rien trouvé de mieux à faire que de distribuer ce tract.

01 05, 2000

sida : les gouvernements africains au pied du mur

Par |2023-11-24T16:18:13+01:00lundi 1 mai 2000|Catégories : Archives|Mots-clés : , , , , , , , , , , , , |

Après six mois de pression d'Act Up-Paris sur l'ONUSIDA, des recommandations constructives ont enfin été émises lors de la consultation d'Harare (29-31 mars 2000) : le cotrimoxazole doit faire partie, dans toute l'Afrique, du minimum de soins accordé aux personnes atteintes par le VIH, dès l'apparition des premiers symptômes de l'infection.

01 03, 2000

Lait en poudre et poudre aux yeux

Par |2023-11-24T16:18:16+01:00mercredi 1 mars 2000|Catégories : Archives|Mots-clés : , , , , , , , |

A première vue, ce qu'a financé le Fond de Solidarité Thérapeutique International (FSTI) en Côte d'Ivoire ne mérite guère qu'on s'y attarde : ce qui devait être le fer de lance de l'accès aux antirétroviraux en Afrique ressemble plus à un programme d'accès au lait en poudre - pour éviter aux mères infectées de transmettre le virus à leur enfant en l'allaitant au sein - connaissant de fréquentes ruptures de stock de biberons. Politisation à outrance, bluff, précipitation : telles sont, en trois mots, les raisons de l'atterrissage manqué du FSTI à Abidjan. On a fait vite, court, et avec les moyens du bord. Le résultat est une de projet « à la française » : isolé du terrain, sans connexion avec le système de santé local. Un résultat qui n'a que peu à voir manifestement avec un programme d'accès aux soins, encore moins aux traitements !

14 10, 1999

Côte d’Ivoire : Le prix des médicaments tue les malades du sida

Par |2023-11-24T16:18:21+01:00jeudi 14 octobre 1999|Catégories : Archives|Mots-clés : , , , , |

Depuis six mois, l'accès aux antirétroviraux en Côte d'Ivoire est suspendu. Le programme d'accès aux traitements lancé par l'ONUSIDA et le Gouvernement Ivoirien en Août 1998 est en "stand by"; les inclusions de malades sont arrêtées.

01 06, 1997

Nouvel essai à Abidjan

Par |2023-11-24T16:18:49+01:00dimanche 1 juin 1997|Catégories : Archives|Mots-clés : , , , , , |

Clairement, l'Agence Nationale de recherche sur le sida (ANRS) a choisi de travailler en Afrique. Après l'essai sur la réduction de la transmission mère-enfant du VIH, mené en Côte d'Ivoire et au Burkina-Faso (voir Action 35), un nouvel essai est promu par l'ANRS à Abidjan.