Ce contenu a 18 ans. Merci de lire cette page en gardant son âge et son contexte en tête.

Iran

homophobie-iran2.jpg Le 19 juillet dernier, deux adolescents de 16 et 18 ans ayant eu des relations homosexuelles ont été pendus en place publique sous le motif officiel de viol : un troisième adolescent considéré comme non consentant en raison de son âge — 13 ans — n’a pas été poursuivi. C’est la raison pour laquelle la qualification de viol aurait été retenue contre les 2 adolescents. D’autres versions attestent au contraire qu’il s’agit d’une exécution pour crime d’ « homosexualité ». L’homosexualité est un crime dans ce pays, passible de mort par pendaison.

Nigéria

Le 13 juillet, au Nigéria, deux hommes présumés homosexuels ont été condamnés à mort par lapidation pour « sodomie » par la cour islamique de Katsina au nord du pays. La condamnation à la peine capitale a été retenue alors que l’accusation n’a pu présenté aucun témoin de leurs supposés ébats. A l’audience du 3 août le juge a laissé les deux hommes en liberté sous caution et renvoyé le jugement au 24 août. L’homosexualité est un crime dans ce pays, passible de mort par lapidation.

Arabie Saoudite

Plusieurs hommes présumés homosexuels ont été encore récemment condamnés à des peines de 6 mois à 2 ans d’emprisonnement et jusqu’à 2000 coups de fouet. L’homosexualité est un crime dans ce pays, passible de mort par décapitation au sabre.

Dans 9 pays, l’homosexualité est passible de la peine de mort

Iran, Arabie Saoudite, Afghanistan, Mauritanie, Soudan, Nigeria (États du nord), Yémen, Pakistan, Émirats Arabes Unis [voir également notre [cartographie des dispositifs législatifs liés à l’homosexualité ]]. Pendant ce temps, Jacques Chirac et son gouvernement se murent dans un silence complice. Une attitude que nous avons déjà dénoncée quand Chirac prèfère défendre les intérêts commerciaux des industriels français en recevant à bras ouverts un prince saoudien ou quand le gouvernement remet en cause les acquis fondamentaux en matière d’accueil des étrangerEs persécutéEs. Vous pouvez agir – en signant la pétition d’Ensemble contre la peine de mort ; – en protestant par écrit ou par téléphone auprès de l’ambassade d’Iran en France : Monsieur Seyed Mohammad Sadeq Kharrazi (ambassadeur), 4 avenue d’Iéna 75016 Paris, tel 01 40 69 79 00, fax 01 40 70 01 57, mel info@amb-iran.fr – en protestant par écrit ou par téléphone auprès de l’ambassade du Nigéria en France : Godfrey Bayour Preware (ambassadeur), 173, avenue Victor Hugo 75116 Paris, tél 01.47.04.68.65, fax 01.47.04.47.54, mel embassy@nigeriaparis.com – des rassemblements sont organisés le jeudi 11 août à Paris, Montpellier et Londres. Rejoignez-nous.