Ce contenu a 24 ans. Merci de lire cette page en gardant son âge et son contexte en tête.

Madame P., zaïroise de 27 ans, mère de deux enfants mineurs vivant en France, séropositive sous trithérapie soignée à l’hôpital Rothschild et soutenue par l’association Sol En Si (Solidarité Enfants Sida), est menacée d’expulsion par les autorités belges.

De retour de Kinshasa, Madame P., vivant en France depuis 1989, détentrice d’une autorisation provisoire de séjour depuis 1994, a été arrêtée le 30 juillet 1999, lors d’une correspondance à l’aéroport de Bruxelles : les autorités bruxelloises ont émis un arrêt d’expulsion pour « passeport non valable ». Cette décision prenant effet immédiatement, Madame P. a déjà failli être expulsée.
Sa détention prolongée à l’aéroport de Bruxelles risque d’entraîner de graves conséquences pour sa santé, car elle est dans l’impossibilité de suivre correctement son traitement. De plus, aucun traitement ne pourra lui être délivré dans son pays d’origine.

Les autorités belges n’ont pris en considération ni sa maladie, ni son statut de mère d’un enfant né en France, deux conditions qui entraîneraient son inexpulsabilité selon la loi française. Ils ne tiennent pas plus compte de la régularité de son titre de séjour sur le territoire français.
L’association Sol En Si a déposé un recours auprès du Conseil d’Etat belge, qui se réunit aujourd’hui à 11 heures.

Nous demandons au Conseil d’Etat, au gouvernement et aux autorités belges de rendre dans les plus brefs délais sa liberté à Madame P. et de lui permettre de rentrer en France, auprès de ses enfants et de son mari, dans les meilleures conditions.

Nous demandons à l’Etat français d’intervenir en ce sens auprès des autorités belges.
En Belgique comme en France, nous constatons une violation flagrante des droits des personnes malades.

Act Up-Paris ; Sol En Si.