Parler de féminisme sans parler de lutte contre le sida, c’est marcher sur des cadavres