Accueil du site > Communiqués de presse

Pages ... | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16
15 juillet 1999

Mieux que le Norvir® Abbott fait vomir les malades du sida

Aujourd’hui, 15 juillet, 15 militants d’Act Up-Paris se sont rendus au siège social du laboratoire Abbott à Rungis. Ils ont commencé par occuper le hall d’entrée et crié : " Le Norvir® en sirop, punition des séropos " et " Mieux que le Norvir®, Abbott nous fait vomir ". [la suite]

12 juillet 1999

Traitement " colladeter " : les trithérapies marquent le pas, les charlatans reviennent.

Act Up-Paris met en garde contre une affaire d’escroquerie au traitement-miracle : le colladeter - 40 injections de mimosa - est censé " guérir " le sida. [la suite]

14 juin 1999

La lenteur des organismes de santé publique et l’indifférence de l’industrie pharmaceutique compromet la santé de 10% des séropositifs pour lesquels plus aucun médicament n’est efficace.

D’après les chefs des services spécialisés dans l’infection à VIH, entre 5 et 10% des séropositifs ne répondent plus aux traitements antirétroviraux. Ils sont donc à peu près 8000 que leur système immunitaire ne protège absolument plus d’éventuelles infections opportunistes, du fait d’un taux de CD4 extrêmement bas ; certains ont d’ores et déjà développé des affections graves : tuberculose, pneumocystose, toxoplasmose, CMV, candidose sévère. La résistance du virus aux traitements actuellement disponibles sur le marché français est la cause principale de ces échecs thérapeutiques très préoccupants. [la suite]

29 mars 1999

Act Up-Paris exige l’accès aux tests de résistances

L’Etat refuse l’accès aux tests de résistances. Lors d’une réunion au ministère de la santé, le 5 mars, François Bourdillon, chef de la section sida à la Direction des Hôpitaux, a réitéré son refus de favoriser un accès immédiat aux tests de résistances. [la suite]

7 octobre 1998

Act Up-Paris exige que le Maxepa® soit de nouveau remboursé par la Sécurité Sociale.

Suite à un avis de la Commission de la transparence, le Maxepa® (Oméga 3 polyinsaturés) n’est plus remboursé par la Sécurité sociale (arrêté du 23 juillet 1998). L’argument invoqué par cette commission est "la place marginale occupée par Maxepa® dans le traitement des dyslipidémies ", en clair la faiblesse des prescriptions. Or ce médicament présente un intérêt important pour les personnes qui suivent un traitement anti-VIH. En effet des perturbations métaboliques (augmentation massive du taux de lipides (...) [la suite]

Traitements Recherche

communiqué de presse

[puce]Afficher par commission

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]