Prison = mort
Prison

Archives » Pages ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | ...

Malades en détention : Fillon fait de vous des SDF

La suspension de peine pour raisons médicales (art 720-1-1 du code de procédure pénale) permet aux malades en détention de sortir de prison en raison de leur état de santé ou si leur pronostic vital est réservé à court terme. Pourtant deux ans après l’adoption de cette mesure avec la loi du 04 mars 2002, le nombre de malades libérés est insignifiant. [la suite]

28 février 2004

Pas de sursis pour les malades en détention

Alors que le gouvernement s’émeut de la condamnation avec sursis d’Alain Juppé, les détenus gravement malades restent incarcérés dans l’indifférence générale. [la suite]

9 février 2004

Suspension de peine : une loi vidée de sa substance

L’amendement Zochetto conditionne la suspension de peine pour raisons médicales à l’absence de « risque grave de renouvellement de l’infraction ». Mais qui peut juger des risques de récidive d’une personne dont le pronostic vital est en jeu ? [la suite]

30 novembre 2003

Sénateurs : une humiliation pour la République

Le sénateur Zocchetto a présenté au nom de la Commission des lois un amendement à l’article 69 ter (...). Cet amendement rend définitivement caduc l’article 10 de la loi sur le droit des malades voté le 04 mars 2002, qui ouvre la possibilité d’une suspension de peine pour les malades en détention en fin de vie, ou dont l’état de santé est durablement incompatible avec le maintien en détention. [la suite]

9 octobre 2003

Combien de mortEs leur faut-il encore ?

Diarrhées, dépressions dans une cellule de 6 m2. Interruption de traitements, rupture de protocole, mise à l’isolement. Viols, suicides, paraplégie sans assistance médicale, pas même pour uriner. Absence d’équipe médicale la nuit. Stigmatisation violente de la séropositivité, mise au mitard, rupture du secret médical. Insalubrité, tabassage et fouille à nu des détenuEs, séropositifVEs ou non. Maurice Papon n’a jamais vécu ça. [la suite]

1er octobre 2003

Des crédits pour la répression, rien pour les détenus malades

Le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin vient d’affecter des nouveaux crédits à l’administration pénitentiaire pour la création des ERIS, équipes régionales d’intervention et de sécurité. Act Up-Paris dénonce cette mesure, qui va encore aggraver les conditions de détention pour les détenus en général et les détenus malades en particulier. [la suite]

11 septembre 2003

Silence, on meurt

Laurent Jacqua, malade du sida, n’a de cesse de dénoncer l’incompatibilité de la maladie avec la prison. Incarcéré à Bois d’Arcy, il constate la multiplication des brimades, des humiliations et la dégradation de la vie au quotidien dans les prisons, depuis que Dominique Perben a notamment ordonné des fouilles généralisées. Voici son témoignage. [la suite]

25 juin 2003

dossier de presse

Suspension de peine : 15 mois après... quels résultats ?

15 mois après la mise en place de la loi sur le droit des malades, le Pôle sur la suspension de peine, auquel Act Up-Paris appartient, publie son bilan de l’application de cette loi applicable aux personnes incarcérées très malades. [la suite]

Des photos sont disponibles

1er juin 2003

Historique du Pôle sur la suspension de peine

Un pôle de réflexion et d’action sur la suspension de peine est né à l’initiative d’Act Up-Paris en Novembre 2002. [la suite]

30 mai 2003

La loi du 4 mars 2002 et son décret d’application

« La suspension peut egalement être ordonnée, quelle que soit la nature de la peine ou la durée de la peine restant à subir, et pour une durée qui n’a pas à être déterminée, pour les condamnés dont il est établi qu’ils sont atteints d’une pathologie engageant le pronostic vital ou que leur état de santé est durablement incompatible avec le maintien en détention » [la suite]

30 mai 2003

Archives » Pages ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | ...

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]