Sida, un glossaire

Accueil du site > Kaposi (sarcome de)

Kaposi (sarcome de)

Appelée aussi maladie de Kaposi, cette prolifération constituée de vaisseaux sanguins dilatés provoque des taches ou des nodules pourpres sur la peau. Chez les personnes fortement immunodéprimées, il peut apparaître des localisations au niveau des poumons et des intestins. Un virus lui est associé, le KSHV ou Herpès Humain virus génotype 8 (HHV-8). La maladie de Kaposi est considérée comme une infection opportuniste, puisqu’elle régresse avec la restauration de l’immunité.

Voir maladie de Castleman et herpès virus.

Les articles liés au sujet

1er octobre 2011

Protocoles 67-68 - essais cliniques

LENAKAP

ANRS 154 (recherche publique)

évaluation de l’efficacité du lénalidomide dans le traitement de la maladie de Kaposi chez des personnes vivant avec le VIH. [la suite]

1er octobre 2011

Protocoles 67-68 - 30 ans de sida

recherche et mobilisation le plus dur est-il derrière nous  ?

retour sur la RéPI du 22/06/11

Le 5 juin 1981, le Centre de contrôle des maladies (CDC) d’Atlanta (Etats-Unis) publie une note sur la découverte de symptômes communs chez un certain nombre de personnes à Los Angeles. C’est le début de l’histoire qui nous réunit depuis 30 ans. 30 ans de sida. Peut-on se dire aujourd’hui que ça va aller mieux ? Ou se laisser aller à une fatalité plus sombre, se dire qu’on a peut-être pas vu le pire » ? Retour sur la Répi du 22 juin 2011, où nous avions invité Christophe Martet et Willy Rozenbaum. [la suite]

1er août 2010

Kaposi et CD4

Facteurs de risque associés à l’apparition d’un Kaposi sous traitement antirétroviral efficace [la suite]

janvier 2009

Castelman, une pathologie rare

Tout comme le sarcome de Kaposi, la maladie de Castleman est associée à la présence du virus HHV-8*. Il s’agit d’une pathologie rare touchant les ganglions. Contrairement au sarcome de Kaposi dont l’incidence a diminué fortement après l’introduction des multithérapies antirétrovirales, l’incidence de la maladie de Castleman a continué d’augmenter. C’est une maladie au mauvais pronostic et associée à l’apparition de lymphome* non Hodgkinien. [la suite]

30 octobre 2008

Dossier Kaposi

Kaposi et infection à VIH contrôlée

Depuis l’introduction des trithérapies antirétrovirales et malgré l’efficacité de ces traitements, leur accessibilité et une bonne observance dans leur prise, des cas de sarcomes de Kaposi ont été observés chez des personnes séropositives pour le VIH ayant une charge virale contrôlée. Certaines observations indiquent que les homosexuels pourraient être plus concernés, en lien avec la prévalence du virus HHV-8 associé au sarcome de Kaposi plus forte chez eux. Une autre inquiétude est la persistance du sarcome de Kaposi chez certaines personnes malgré les traitements antirétroviraux et la chimiothérapie additionnelle. [la suite]

30 octobre 2008

Dossier Kaposi

Pour en savoir plus

Cet article peut être plus ardu mais c’est en élevant le niveau du savoir des uns et des autres, que la relation entre le malade et son médecin peut s’améliorer. Ces informations un peu plus pointues permettront peut-être de mieux comprendre le discours médical et apportera sans doute un meilleur éclairage sur les traitements. [la suite]

30 octobre 2008

Dossier Kaposi

Le Kaposi en quelques questions

L’immunodéficience favorise le développement de maladies opportunistes associées à des bactéries et des virus. C’est le cas du virus HHV-8 associé au sarcome de Kaposi (encore appelé KSHV), caractérisé entre autres manifestations cliniques par l’apparition de plaques violacées sur le corps. L’arrivée des antirétroviraux a permis de restaurer en partie l’immunité et de juguler ainsi les infections opportunistes, à telle enseigne que, du moins pour les personnes bénéficiant de traitements, le risque de développer un sarcome de Kaposi après infection par le VIH a pu être écarté. [la suite]

30 octobre 2008

Dossier Kaposi

Quand le HHV8 rencontre le VIH

Dans les débuts de l’épidémie, le sarcome de Kaposi signait l’infection à VIH. Ces deux pathologies se sont peu à peu éloignées, dans l’esprit des personnes et dans la réalité. Pourtant aujourd’hui encore, l’association de ces deux virus a des conséquences qu’il ne faut pas négliger. [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]