Sida, un glossaire

DO

Déclaration obligatoire. Anciennement Déclaration obligatoire de sida (DOS), cette déclaration concerne certaines maladies listées par décret, par exemple : la séropositivité au VIH. C’est sur cette déclaration qu’est fondé le système de surveillance épidémiologique actuel. Auparavant, seul le sida avéré faisait l’objet d’une déclaration obligatoire. La DO est en vigueur depuis 2003.

Voir le site de l’InVs : www.invs.sante.fr.

Les articles liés au sujet

1er avril 2010

Le contenu du secret médical

Le secret médical porte sur les éléments connus du/de la médecin dans l’exercice de sa profession, mais aussi sur ce qu’il/elle a pu comprendre ou interpréter lors d’une consultation. Mais, même en dehors des pathologies, les médecins sont tenuEs de respecter l’anonymat et la vie privée de leur patientE. [la suite]

27 novembre 2006

SIDA

Une épidémie anormalement élevée : aucune annonce sérieuse en termes de prévention

Le 27 novembre 2006, l’InVS (l’Institut national de Veille Sanitaire) vient de rendre public les données de la Déclaration Obligatoire de Séropositivité (DOS). Le nombre de nouveaux diagnostics de séropositivité en 2005 (6 700) est équivalent à celui de l’année précédente et montre que l’épidémie de sida se maintient, en France, à un niveau anormalement élevé. Il n’y a jamais eu autant de personnes vivant avec le VIH/sida qu’aujourd’hui. Mais c’est chez les gays que ces nouvelles données sont les plus alarmantes. [la suite]

1er décembre 2004

Déclaration obligatoire de séropositivité, l’inconséquence coupable de l’InVS !

Les gens de l’InVS sont peut-être des gens très biens... N’empêche qu’on commence à être ulcéréEs de voir combien le dispositif de déclaration obligatoire de séropositivité tarde à se mettre en place. Prévue dès 1998, ce n’est qu’en mars 2003 que la Déclaration obligatoire de séropositivité (DO VIH/sida) est entrée en application. Après avoir présenté un premier projet qui ne garantissait pas l’anonymat des personnes, l’InVS a tardé à mettre au point son dispositif de veille sanitaire. Après 5 années à l’aveugle sur l’épidémie de sida en France, le moins que l’on puisse dire c’est que la DO éprouve de sérieux retards au démarrage. [la suite]

15 juin 2004

Dossier Prévention

Les pédés toujours en première ligne !

Le 8 juin 2004, l’Institut national de veille sanitaire publie les premiers résultats de la Déclaration obligatoire du VIH/sida. Ces données confirment l’importance des contaminations chez les pédés, déjà mise en évidence dans des études comportementales. Le contexte de démission collective face à une généralisation des pratiques noKpote nous scandalise. Il y a urgence pour les pédés à reprendre en main leurs pratiques sexuelles ! [la suite]

9 juin 2004

Celebration & Safe Week [acte III]

L’Institut de veille sanitaire n’assure pas son travail de veille et d’alerte

Act Up-Paris a zappé aujourd’hui mardi 8 juin l’Institut National de Veille Sanitaire (INVS). Cette administration était censée assurer une médiatisation importante des chiffres extrêmement inquiétants de l’infection à vih/sida. Or, en dehors d’une diffusion sur le site de l’INVS, aucune publicité n’a été entreprise. [la suite]

Des photos sont disponibles

4 juin 2004

Philippe Douste-Blazy s’engage auprès d’Act Up-Paris à alerter sur la reprise du sida

Le 8 juin prochain aura lieu l’annonce officielle des chiffres de la déclaration obligatoire (DO) du vih/sida, outil de surveillance épidémiologique de l’infection. Le 26 mai dernier, suite à une proposition d’Act Up-Paris, le ministre de la santé nous annonçait qu’il saisirait cette occasion pour réaffirmer publiquement la réalité et les dangers de l’épidémie. [la suite]

28 novembre 2003

Chiffres du sida : Mattéi doit prendre ses responsabilités

Hier, jeudi 27 novembre, Jean-François Mattéi, Ministre de la santé et Gilles Brücker, directeur de l’Institut de veille sanitaire (InVS) ont présenté les chiffres de la déclaration obligatoire de séropositivité (DOS) et du baromètre gay. Ces chiffres sont extrêmement inquiétants. Ils décrivent une épidémie qui reprend chez les gays, se développe chez les hétérosexuels — tout particulièrement chez les femmes — et qui frappe durement les migrants. [la suite]

23 septembre 2002

DOS

Depuis l’occupation du siège du PS en février dernier et après un an de blocage par les pouvoirs publics, la mise en place de la Déclaration Obligatoire de Séropositivité (DOS) s’est accélérée. [la suite]

20 avril 2002

Lionel Jospin : le degré zéro de l’épidémio

La Déclaration Obligatoire de Séropositivité (DOS), système de surveillance de l’épidémie, ne produira aucun chiffre fiable avant fin 2003. Suite aux pressions d’Act Up en février dernier sur le gouvernement, les administrations concernées (l’InVS et la DGS) ont mis les bouchées doubles pour rattraper le retard pris dans la mise en place du dispositif. Mais les contraintes, pourtant connues depuis longtemps, imposent des délais incompressibles : appel d’offres pour trouver un prestataire, installation (...) [la suite]

23 mars 2002

élections 2002

ce que Act Up demande à Lionel Jospin

A la suite d’une rencontre organisée le 12 mars dernier entre les associations de lutte contre le sida et Lionel Jospin, Act Up-Paris a transmis au premier ministre-candidat ses demandes d’engagements. [la suite]

7 février 2002

Jospin : sida, connais pas

Aujourd’hui, mercredi 6 février 2002, une vingtaine de militants d’Act Up-Paris occupent le siège national du Parti Socialiste, à Paris, pour dénoncer ce blocage politique du nouveau dispositif de surveillance de l’épidémie de VIH/sida. [la suite]

mai 2000

Edito

Sentiment d’usure

Voilà ce que je ressens actuellement dans l’ensemble du milieu sida, et notamment à Act Up. Partout je vois des militants usés, exaspérés par cette histoire qui se répète : des pouvoirs publics peu mobilisés et toujours à la traîne, des administrations sourdes face aux malades, des laboratoires cyniques. [la suite]

Des photos sont disponibles

février 2000

Zéro !

Aujourd’hui, plus personne ou presque en France ne produit de chiffres sur l’évolution de l’épidémie de sida. [la suite]

octobre 1999

Édito

Alors que l’observance est plus ou moins facile selon les malades et les thérapies, alors que les effets secondaires des traitements sont toujours aussi handicapants, alors que les chiffres des personnes en échappement thérapeutique sont plus qu’alarmants, les Minstères agissent comme si l’épidémie de sida était désormais réglée et ne suscitait aucune action urgente de leur part. Leurs intentions sont clairement exprimées : il s’agit de revenir sur les droits accordés depuis quelques années aux personnes vivant avec le VIH en proposant des réformes visant à une réduction des prestations offertes. A l’opposé, le secteur privé (assureurs, employeurs ...) continue de considérer les malades comme des indésirables, soit dangereux, soit trop prompts aux congés maladie, à l’invalidité. [la suite]

Des photos sont disponibles

octobre 1999

Droits des malades

Les dossiers de l’année : CMU, asssurance, DOS. [la suite]

2 juillet 1999

Non au fichage nominatif des malades du sida

Profitant des revendications des associations de lutte contre le sida pour que les études épidémiologiques s’étendent à toute personne contaminée par le VIH, le gouvernement vient de modifier le dispositif de déclaration obligatoire de l’infection à VIH mis en place en 1988 et cadré par la C.N.I.L. [la suite]

juillet 1999

Epidémiologie : l’anonymat nominatif

Act Up-Paris, comme d’autres associations de lutte contre le sida, demande depuis longtemps que l’épidémiologie cesse d’être l’outil de propagande d’un Etat pressé de faire passer l’épidémie pour maîtrisée. Aujourd’hui alors que la déclaration obligatoire de séropositivité se met en place, un décret annonce un recueil de données nominatives. Une dérive inutile et dangereuse à combattre. [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]