Toxicité rénale

Les articles liés au sujet

27 octobre 2010

81e Réunion Publique d’Information

Reins et VIH : faites vos bilans (rein ne va plus)

mercredi 27 octobre // 19h // Centre Wallonie-Bruxelles

Les personnes séropositives peuvent connaître des affections rénales plus ou moins sévères, que ce soit directement dû à l’infection VIH (inflammation permanente) ou à la prise d’antirétroviraux et à leur toxicité rénale à long terme. Il est possible de prévenir les atteintes du rein et essentiel de surveiller la fonction rénale. Cela comprend la mise en place d’un bilan rénal avant de débuter un traitement, un changement d’antirétroviraux si nécessaire, des dosages à adapter, une surveillance attentive en cas d’antécédents de maladie rénale, etc. [la suite]

1er octobre 2010

Brièvement

BMS suites Suite à la pression associative sur BMS, pour éviter une rupture de didanosine pédiatrique, le laboratoire a doublé en 2010 leur production par rapport à 2009 durant le mois d’août sur leur site de Princeton sans autorisation de l’Affsaps. Notre mobilisation a payé et il s’agit d’une réelle victoire des activistes, contre la négligence de ce laboratoire. Mais toute l’énergie mis dans ce dossier aurait été préservée si le laboratoire avait pris en compte nos remarques avant la fermeture de (...) [la suite]

1er octobre 2010

"Pour participer à cet essai, vous devez avoir reçu et lu la notice d’information patient"

Hivers

APHP (recherche publique)

Cohorte observationnelle des marqueurs non invasifs du débit de filtration glomérulaire chez des hommes vivant avec le VIH et de l’influence de la composition corporelle. [la suite]

13 novembre 2007

Dossier Rein ne va plus

Tout savoir sur les reins

L’infection VIH qui, reste en premier lieu une atteinte du système immunitaire, peut également altérer certains tissus, en particulier le cerveau, les muscles, les os et les vaisseaux sanguins mais aussi certains organes comme le foie, les poumons ou le cœur. Cette altération peut être directement le fait du VIH, celui d’un autre agent pathogène ou bien encore être due à une atteinte cancéreuse, puisqu’il est établi que cette infection favorise la survenue de certains cancers. Cependant, depuis l’avènement des multithérapies, on sait aussi que la prise au long cours d’antirétroviraux peut provoquer des atteintes des différents tissus et organes du corps humain. Parmi les organes ciblés par le VIH et/ou les antirétroviraux, le rein ne fait hélas pas exception : il semble alors utile de faire le point sur ce sujet. [la suite]

13 novembre 2007

Dossier Rein ne va plus

Prévenir sur le long terme

Les troubles rénaux étant assez fréquents chez les personnes vivant avec le VIH, la prévention d’une évolution vers une atteinte rénale chronique est par conséquent essentielle. [la suite]

13 novembre 2007

Dossier Rein ne va plus

Effets secondaires rénaux

Le nombre croissant de personnes vivant avec le VIH sous multithérapie et ayant eu ou non une atteinte rénale donne son sens à la question des effets secondaires rénaux des antirétroviraux. [la suite]

13 novembre 2007

Dossier Rein ne va plus

Catalogue

Dans le cadre de l’infection par le VIH, différentes affections peuvent survenir. Ici sont citées les principales atteintes rénales rencontrées et présentées succinctement. [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]