campagnes publiques de prévention

Les articles liés au sujet

26 octobre 2016

Octobre Rose concerne aussi les personnes trans et les séropos

Tout comme la lutte contre le cancer du sein, la lutte contre le sida est une lutte féministe. C’est ce que rappelait l’Action n°134, notre lettre d’information de mars dernier (http://www.actupparis.org/spip.php?...). Act Up-Paris soutient la 23ème édition d’Octobre Rose réalisée par l’association Le cancer du sein, parlons-en ! Cette année, l’opération cherche à rappeler aux femmes, au grand public, qu’il faut faire face et garder espoir. Comme disent ces femmes sur les affiches de la campagne : « Ma (...) [la suite]

28 novembre 2013

Plan d’urgence pour la prévention de l’infection par le VIH et des IST chez les gays

Il y a 20 ans Act Up-Paris déployait un préservatif géant sur l’obélisque de la place de la concorde à Paris au matin du premier décembre, 6e journée mondiale de lutte contre le sida, avec pour slogan : “que cesse cette hécatombe”. Vingt ans plus tard, l’hécatombe est toujours là. Certes elle ne se compte plus tant au nombre de morts tous les jours mais les données de l’Institut de veille sanitaire ne sont pas moins alarmantes parce que le nombre de nouveaux séropositifs en France ne fléchit pas et même (...) [la suite]

1er décembre 2011

Action 130 - revendications

prévention : des moyens

les pouvoirs publics doivent accorder davantage de moyens à la prévention du VIH, des hépatites et des infections sexuellement transmissibles [la suite]

1er juin 2011

Action 128

FierEs d’en mettre

Il y a trente ans, apparaissaient les premiers cas de sida. Premiers touchés, les gays ont connu des années lugubres à se dire que les cimetières ne seraient pas assez grands pour tous leurs amis et amants. Le “cancer gay”, comme il fut d’abord nommé, s’est ensuite répandu, tout en restant surreprésenté dans certaines communautés : gays, usagèrEs de drogues, trans, étrangerEs, travailleurSEs du sexe, détenuEs, notamment. Mais les gays font figure d’exception : les dernières données épidémiologiques en (...) [la suite]

1er décembre 2010

Encore un effort : la généralisation du préservatif

Rituel du premier décembre, la publication des données épidémiologiques de l’Institut de veille sanitaire apporte son lot de mauvaises nouvelles. Tout le monde regarde vers les homosexuels : alors ? Alors l’épidémie a bel et bien repris parmi les gays. [la suite]

1er juin 2010

Action = Vie

12 bonnes raisons de mettre la capote (et du gel à base d’eau)

La prévention n’est pas affaire de mode, elle est affaire politique. On entend trop dire que le discours centré sur la capote aurait échoué, qu’il faudrait passer à autre chose. Mais qui, en dehors d’Act Up-Paris, pose la question des raisons politiques de cet « échec », à commencer par l’invisibilité et l’inefficacité des campagnes publiques sur le préservatif ? [la suite]

27 novembre 2009

sida : quelle prévention ?

Bachelot-Narquin empêche tout débat

Roselyne Bachelot-Narquin a annoncé le 27 novembre 2009 « les grandes orientations » du plan national de lutte contre le sida pour 2010-2013, auxquelles auraient contribué les associations. Act Up-Paris, qui participe depuis juin dernier à l’élaboration de ce plan, dénonce la communication du ministère de la santé, particulièrement sur les enjeux de la prévention. [la suite]

17 novembre 2009

Enquête PREVAGAY : des résultats qui doivent orienter la prévention gay

Pour la première fois depuis le début de l’épidémie, des données sur la prévalence de l’infection à VIH mesurée par des tests sérologiques chez les gays sont publiées. Act Up-Paris demandait la réalisation d’une telle étude depuis plusieurs années. [la suite]

21 octobre 2009

Recommandations de la HAS sur le dépistage du VIH : il était temps

La Haute autorité de santé (HAS) recommande un dépistage généralisé du VIH/sida. Une mesure qui aurait dû être mise en place il y a au moins 3 ans ! Pour autant, le nécessaire renforcement du dépistage ne saurait à lui seul remplacer une réelle politique de prévention. [la suite]

7 août 2009

Prévention gay : pour l’INPES, il est urgent de ne rien faire

Suite à l’action d’Act Up-Paris pour dénoncer l’inaction de l’INPES sur la prévention gay depuis deux ans , une réunion du groupe d’experts homos a été convoquée le 30 juillet 2009. Après avoir baladé les associations de lutte contre le sida sur l’échec de son appel d’offre pendant deux ans, l’INPES nous annonce qu’il est urgent de ne rien faire. Pour faire face à l’augmentation des contaminations chez les gays, l’INPES doit produire de nouvelles campagnes ciblées dès septembre. [la suite]

28 juillet 2009

Prévention gay : Entre mensonge et langue de bois

Alors qu’Act Up-Paris dénonce l’absence de nouvelles campagnes spécifiques à destination des gays, la directrice de l’INPES a accordé une interview à Têtu pour répondre à nos accusations. Madame Thanh Le Luong s’y dit surprise de nos reproches mais elle nous accorde au moins le fait d’être dans notre rôle... On la remercie. Mais il semble que la nouvelle directrice ait la mémoire courte. [la suite]

10 juillet 2009

INPES : déjà 2 ans de vacances

Ce vendredi après-midi, une quinzaine de militantEs d’Act Up-Paris ont fait relâche à la plage de l’Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé (INPES). Draps de bain, lunettes et paréos : la prévention est en congés annuels... depuis 2 ans !
En effet, cela fait plus de 2 ans que l’État est en vacances de prévention du sida, et particulièrement de campagnes ciblant les gays [la suite]

Des photos sont disponibles

9 juillet 2009

Lettre ouverte à Roselyne Bachelot-Narquin : quid de la prévention gay ?

Cet été, encore une fois, aucune campagne de prévention ciblée gay n’aura été commandée par l’INPES. Le groupe d’experts « prévention homo », dont Act Up-Paris et le SNEG sont membres, ne s’est pas réuni depuis près de deux ans, période durant laquelle l’INPES n’a produit aucune nouvelle campagne en direction de la population homosexuelle. Ni consultation, ni réunion, ni nouvelles campagnes ciblées. Rien. [la suite]

25 juin 2009

Act Up-Paris lance une campagne sur la prévention gay et adresse une lettre ouverte à l’INPES

Prévention du sida : pendant que l’INPES tergiverse, les pédés se contaminent.

Act Up-Paris affiche trois visuels rose fluo dans les établissements gais et dans les rues de la capitale pour remobiliser la communauté sur la prévention, interroger les stratégies dites de « réduction des risques sexuels » et interpeller les pouvoirs publics sur leur inaction en la matière. [la suite]

juin 2009

Le sida c’est maintenant, prévention c’est urgent

Dès sa création en 1989, Act Up-Paris a dénoncé, par la contestation et l’action, le sempiternel retard pris par la France en matière de prévention. Originellement issuEs de la communauté gay, et premierEs à avoir été touchéEs par l’épidémie, nous ne pouvons tolérer le peu de mobilisation des pouvoirs publics face au nombre de nouvelles contaminations qui ont lieu chaque année. [la suite]

juin 2009

Edito

Act Up-Paris, 20 ans de combat / Nicolas Sarkozy, 2 ans de silence

Près de six mois après les manifestations sans précédent qui ont secoué les Antilles françaises, Nicolas Sarkozy s’est envolé pour témoigner du « calme après la tempête ». Seule conclusion à en tirer : dès qu’il s’agit de sujet d’importance, le Président de la République a pris habitude d’arriver sur le terrain après la bataille , notamment quand sa politique est soumise à la contestation publique. [la suite]

Des photos sont disponibles

30 avril 2009

Avis du CNS sur les antirétroviraux comme moyen de prévention : un avis mesuré qui n’épuise pas la question

Le Conseil National du Sida (CNS) vient de publier un avis sur l’intérêt du traitement en matière de prévention. Au regard de cet avis plutôt mesuré, les recommandations avancées par le CNS sont relativement simplistes. Cet avis confirme l’intérêt du dépistage et de la mise sous traitement pour endiguer l’épidémie à une échelle globale et réitère la prudence nécessaire quant à la transposition à l’échelle individuelle de ces données. [la suite]

novembre 2008

Campagnes de prévention et (in)fidélité

La campagne de l’INPES de juin 2008, « Avant d’arrêter le préservatif, faites le test » met en scène des couples qui s’installent dans une relation suivie. Ces couples utilisent systématiquement le préservatif jusqu’au test, fait en commun, moment manifestement libérateur où ils pourront cesser de se protéger. Autrement dit, où ils découvriront qu’ils ou elles ont le même statut sérologique. [la suite]

31 juillet 2008

Attention recrudescence de VHA

Fin juin, l’Institut national de Veille Sanitaire (InVS) lançait une alerte sur la recrudescence d’hépatites A chez des hommes ayant eu des rapports homosexuels. Des moyens de prévention existent. C’est donc l’occasion de faire le point des connaissances. [la suite]

31 juillet 2008

Transmission, contamination, prévention III

Part III, François Bourdillon

Le Docteur François Bourdillon, président de la Société Française de Santé Publique à la Pitié Salpêtrière mais aussi clinicien à l’hôpital Henri Mondor à Créteil, a abordé à partir de réflexions personnelles, que nous publions ici, les questions politiques liées à la construction et à la diffusion des messages de prévention. [la suite]

14 février 2008

Dossier Municipales

Questions aux candidatEs

Nous avons rassemblé les thèmes les plus pertinents de la lutte contre le sida dans un contexte d’élections municipales, et en avons produit ce questionnaire à l’adresse des principaux/principales candidatEs à la Mairie de Paris, afin qu’ils/elles y explicitent leurs points de vue et leurs programmes concernant ces sujets urgents. [la suite]

19 décembre 2007

L’incompétence criminelle du BVP

Act Up-Paris condamne la décision du Bureau de vérification de la publicité de censurer une campagne officielle de prévention contre le VIH

Dans sa dernière campagne télévisée de prévention grand public, l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (Inpes) prend enfin le choix d’aborder sur le même plan homosexualité et hétérosexualité à l’égard du VIH. Alors qu’une association de lutte contre le sida comme Act Up-Paris, issue originellement de la communauté homosexuelle, aurait pu se féliciter d’un tel pas fait en direction d’une population trop souvent discriminée et censurée, cette avancée sur le plan médiatique et de la communication égalitaire ne semble que passagère et ne constitue malheureusement en rien un acquis. [la suite]

6 décembre 2007

Dossier Femmes

SIDA : BIENTÔT LA PARITÉ, À QUAND L’ÉGALITÉ

Les femmes sont aussi nombreuses que les hommes à être touchées par le sida. C’est une forme de parité que personne n’a souhaitée. Mais quand les femmes seront-elles traitées à égalité dans les campagnes de prévention et dans la recherche ? Leur invisibilisation face au sida et, de façon générale, le sexisme, nourrissent la stigmatisation, sapent la prévention et freinent l’accès aux soins. Pour que les femmes ne soient plus les oubliées de l’épidémie, nous manifesterons le 30 novembre, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida. [la suite]

30 novembre 2007

Des capotes sur les Vélib’

Et vous, vous faites quoi pour vous protéger ?

Vendredi 30 novembre, Act Up-Paris recouvre de protège-selles les Vélib’ de la capitale avec l’inscription « et vous, vous faites quoi pour vous protéger ? ». Objectif : interpeller les Parisiennes et les Parisiens sur l’ampleur de l’épidémie de sida à Paris et leur distribuer gratuitement le seul moyen de s’en protéger : un préservatif. [la suite]

12 mars 2007

Ministère de la Santé et des Solidarités & Inpes

Lancement de la campagne "Bisounours contre le sida"

Lutter pour une meilleure acceptation sociale des personnes atteintes du VIH sida constitue un axe majeur des actions de lutte contre le VIH. Mieux acceptées par la société, les personnes atteintes sont plus sensibles à la prévention : meilleur suivi thérapeutique, meilleure observance des traitements, renforcement plus général des comportements de prévention... À l’inverse, les discriminations cumulées peuvent entraîner les personnes à avoir un comportement de prises de risques. C’est pourquoi le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES) mettent en place un plan de communication à hauteur de 750 000 euros, intitulé « Bisounours contre le sida ». [la suite]

mars 2007

L’État doit prendre ses responsabilités

Il n’y a jamais eu en France autant de séropositifVEs qu’aujourd’hui. Depuis plusieurs années, le nombre de nouvelles contaminations se maintient à un niveau anormalement élevé. Alors que près des deux tiers de ces contaminations concernent des hétérosexuelLEs, les pouvoirs publics doivent impérativement se mobiliser et mettre en place une politique de prévention efficace qui s’adresse à toutes les tranches de la société. La reprise des contaminations dans le milieu gay exige quant à elle de nouvelles réponses, que les associations, qui assument bénévolement le travail de terrain depuis le début de l’épidémie, ne peuvent plus apporter seules. Dans un contexte de banalisation de l’épidémie et de forte démobilisation, l’État doit aujourd’hui prendre ses responsabilités en matière de santé publique. [la suite]

24 janvier 2007

CRAN - An Nou Allé ! - Afrique Avenir - Act Up-Paris

Aux Antilles, Ségolène Royal doit parler du sida

Ségolène Royal mènera campagne en Martinique jeudi 25 et vendredi 26, puis en Guadeloupe samedi 27 et dimanche 28 janvier. À cette occasion, la candidate socialiste doit prendre position et s’engager sur les moyens nécessaires pour lutter contre les ravages singuliers de l’épidémie de VIH/sida dans les populations noires en France ultramarine et hexagonale. [la suite]

27 novembre 2006

SIDA

Une épidémie anormalement élevée : aucune annonce sérieuse en termes de prévention

Le 27 novembre 2006, l’InVS (l’Institut national de Veille Sanitaire) vient de rendre public les données de la Déclaration Obligatoire de Séropositivité (DOS). Le nombre de nouveaux diagnostics de séropositivité en 2005 (6 700) est équivalent à celui de l’année précédente et montre que l’épidémie de sida se maintient, en France, à un niveau anormalement élevé. Il n’y a jamais eu autant de personnes vivant avec le VIH/sida qu’aujourd’hui. Mais c’est chez les gays que ces nouvelles données sont les plus alarmantes. [la suite]

9 juin 2004

Celebration & Safe Week [acte IV]

L’Institut National de Prévention et d’Éducation à la Santé ne fait pas son travail de prévention

Aujourd’hui, mardi 8 juin, Act Up-Paris a zappé l’Institut National de Prévention et d’Education à la Santé, qui a notamment pour charge de coordonner les actions d’information et de prévention du vih/sida. Or, cette administration ne fait pas son travail [la suite]

Des photos sont disponibles

23 janvier 2003

Prévention : où en est la DGS

Enfin. Il aura fallu attendre 20 ans d’épidémie pour voir une campagne publique de prévention digne de ce nom. La direction générale de la santé (DGS) et l’Institut national pour la prévention et l’éducation à la santé (INPES) font diffuser sur les chaînes de télévision des spots d’incitation au dépistage. [la suite]

septembre 2001

Pour prouver que la lutte contre le sida est une priorité de son gouvernement

Lionel jospin censure une campagne de prévention

La campagne de prévention du VIH/sida prévue pour juillet 2001 a été censurée par Lionel jospin. En réaction à cette censure Act Up-Paris a zappé, le matin de la Gay Pride, le SIG. [la suite]

16 juillet 2001

communiqué de presse

Act Up-Paris vous montre la campagne de prévention censurée

Lionel JOSPIN et son administration, le SIG, ont censuré la campagne de prévention du VIH/sida prévue pour juillet 2001, sous les pressions de Ségolène ROYAL. [la suite]

21 juin 2001

communiqué de presse

Lionel Jospin censure une campagne de prévention du sida

L’acte de censure de Lionel Jospin de la campagne de prévention du VIH/Sida n’est pas la première. [la suite]

juin 2000

Prévention : des campagnes ciblées et permanente

Depuis 11 ans, Act Up-Paris réclame des campagnes ciblées et permanentes dans les médias grand public qui parlent ouvertement des pratiques à risque et des moyens de se protéger. Il aura fallu attendre l’été 1999, près de vingt ans après le début de l’épidémie, pour voir enfin, à minuit, un homosexuel parler de sida et de sexualité à la télévision dans le cadre d’une campagne de prévention. [la suite]

- English translation available Prevention : targeted and continuous mass media campaigns

décembre 1999

Les brochures honteuses de la DGS

En matière de prévention ciblée, la Division sida de la DGS et le CFES n’ont toujours rien compris. [la suite]

octobre 1999

Edito

Incarnation ?

Si nos commentateurs veulent voir dans l’élection d’une femme séronégative et héterosexuelle à la présidence, un signe de changement structurel et politique d’Act Up, c’est leur choix. Ce n’est pas le nôtre. [la suite]

Des photos sont disponibles

juillet 1999

Du nouveau en prévention ?

Les pouvoirs publics et les médias auraient bien voulu entendre Act Up-Paris clamer les louanges de la nouvelle campagne de communication prévention sida. [la suite]

juin 1999

Traitements prophylactiques post-exposition

Prévention

Treat me right !

Eté 1997, Act Up-Paris entame et gagne un redoutable bras de fer contre les pouvoirs publics, pour l’application immédiate de la note 666 du 28 octobre 1996, à savoir la mise à disposition des traitements post-exposition pour tous et pas seulement pour les accidents professionnels du corps médical. [la suite]

juillet 1998

censure d’une campagne de prévention

Lionel Jospin célèbre la Gay pride

Avant la marche, Libération, toujours à la pointe des mouvements sociaux, annonçait « une Gay pride plus festive que militante ». Distinction idiote, que la rue a, comme chaque année, démenti : 150 000 pédés et lesbiennes qui festoient au grand jour c’est, en soi, politique. Le gouvernement ne s’y est d’ailleurs pas trompé : pour protéger un ordre symbolique déjà bien ébranlé par nos strings, il a censuré une campagne de prévention ciblée qui devait paraître dans la presse le jour même. [la suite]

juillet 1997

Mon spot est plus joli que le tien.

Le 28.11.94 : cocktail-conférence de presse sida. Simone Veil est là, avec son ministre délégué - Douste-Blazy. 20 mois de silence gouvernemental sur la prévention prennent fin. « J’ai souhaité réaffirmer le rôle de l’Etat dans la lutte contre le sida, en rappelant qu’elle constitue une priorité de santé publique ». Ca commence très mal : un spot où rien n’est ni visible ni dit et une page dans la presse quotidienne nationale où le scandaleux voisine l’invraisemblable. [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]