Nicole Maestracci

Les articles liés au sujet

1er mai 2003

Et les usagers de drogues ?

En 1998, avec la nomination de Nicole Maestracci à la MILDT, la reconnaissance des politiques de réduction des risques a permis de grands espoirs quant à l’évolution de l’accès aux soins des usagers de drogues. Aujourd’hui, nous constatons avec le retour de la droite, un désir manifeste de tout faire pour rendre la vie impossible aux usagers, quitte à les rendre malades à force de détruire, un à un, tous les avantages sociaux innovants qui avaient été mis en place par les gouvernements précédents. [la suite]

1er mars 2002

18ème arrondissement

honte au PS

Le 8 décembre 2001 se tenait à la mairie du XVIIIème arrondissement parisien une table ronde intitulée « Toxicomanie et vie de quartier ». Cette rencontre intervenait dans un contexte de fortes crispations sur les questions de consommation de drogues à la Goutte d’or et à Stalingrad. [la suite]

mai 2001

Près de 6% des détenus en prison : usage & détention

Un seul suffirait pour attester des aberrations de la loi pénale française en matière de stupéfiants, et il sont près de 3 000 ! Au 1er novembre 2000, 2 892 personnes étaient détenues dans les prisons françaises pour usage et/ou détention illicites de stupéfiants. [la suite]

mars 2001

Libé et les drogues : le goût du sens commun

La dépénalisation du cannabis ne nous intéresse pas. Au sens où elle n’a pas besoin de nous pour se faire. Au sens où elle est aussi évidemment indispensable qu’évidemment insuffisante. Libération, a pourtant décidé que le cannabis nous obsdédait. [la suite]

janvier 2001

Edito

30 ans de trop

Curieusement, personne n’a tenu, cet hiver, à fêter les 30 ans de la loi du 31 décembre 1970 de lutte contre la drogue et la toxicomanie - hormis quelques associations d’usagers attachées à en dénoncer les conséquences. [la suite]

Des photos sont disponibles

30 décembre 2000

70 millions d’années après

Loi du 31 décembre 1970 : 30 ans de trop [la suite]

décembre 2000

2cc de vie en moins

Le 24 février 2000, la Direction générale de la santé (DGS) envoyait à tous les responsables de Programme d’Echanges de Seringues (P.E.S.) une note concernant les “ conséquences pour les usagers de drogues par voie intraveineuse (UDVI) de la suppression des seringues graduées à 40 unités à compter du 30 mars 2000 ”. [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]