Sida, un glossaire

Accueil du site > co-récepteurs (CCR5 et CXCR4)

co-récepteurs (CCR5 et CXCR4)

La pénétration du VIH à l’intérieur de la cellule nécessite au préalable une étape qui est la reconnaissance par l’enveloppe virale (GP120) de molécules de surface de la cellule ciblée appelées récepteurs et co-récepteurs. Leur fonction habituelle est de reconnaître des substances solubles connues sous le nom de chémokines (substances chimio-attractantes). Le récepteur ayant la plus haute affinité pour le VIH est la molécule CD4. Un co-récepteur est également nécessaire à la pénétration du virus, ce peut être soit la molécule CXCR4, reconnue seulement par les VIH-1 qui se répliquent dans les lignées de cellules T en induisant une fusion cellulaire (virus inducteurs de syncytium ou SI), soit une autre molécule nommée CCR5, exprimée surtout par les lymphocytes T mémoires et les macrophages, utilisée par les VIH-1 lymphotropes et aussi par les virus monocytotropes Non Inducteurs de Syncitium (NSI). La découverte de ces récepteurs a permis la mise au point de substances (dérivées des chémokines) capables de bloquer l’entrée du virus dans la cellule hôte en empêchant la reconnaissance d’un ou des co-récepteurs par le VIH. Ils ont également une action favorable sur la restauration immunitaire.

Voir SI/NSI et chémokines.

Les articles liés au sujet

1er mars 2010

XVIIe CROI à San Francisco

En route vers l’éradication ?

Arrivera t-on un jour à éradiquer le VIH hors de l’organisme ? Plusieurs pistes sont ouvertes, en voici quelques unes. [la suite]

2 mars 2006

Anti-CCR5, mais c’est quoi ce truc ?

CCR5, CXCR4, si ces sigles ne sont pas très clairs pour la plupart des personnes vivant avec le VIH, il s’agit pourtant d’éléments importants à prendre en compte. Depuis quelques années les chercheurs travaillent à en comprendre la fonction et à savoir l’utiliser pour mieux combattre le VIH. Profitons de ces colonnes pour faire le point des connaissances actuelles dans ce domaine. [la suite]

mars 2001

Back from Chicago, cru 2001

Du 4 au 8 février dernier s’est tenue à Chicago la " 8e conférence sur les rétrovirus et les maladies opportunistes ". La tendance de cette huitième année s’inscrit dans la lignée des dernières : après une forte prépondérance de la clinique, la recherche médicale s’oriente de plus en plus vers la compréhension des mécanismes, tant de la cible à combattre, le VIH, que de l’immunité. [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]