Sida, un glossaire

Accueil du site > forfait de 1 euro

forfait de 1 euro

Depuis le 1er janvier 2005, une contribution forfaitaire de 1 euro reste à la charge des assuréEs sur tous les actes médicaux et actes de biologie. Cette somme est déduite des remboursements de l’assurance maladie obligatoire. Les mutuelles ne peuvent pas le prendre en charge. Sont exemptéEs de ce forfait : les moins de 18 ans, les femmes enceintes de plus de 6 mois, les bénéficiaires de la CMU complémentaire et de l’Aide médicale d’Etat (AME).

Les articles liés au sujet

14 avril 2010

Raphaël Radanne au Sir Winston

Le conseiller santé de Sarkozy interpellé

Ce matin, Act Up-Paris a interpellé le conseiller technique sur les questions de santé de Nicolas Sarkozy. [la suite]

25 mars 2010

Des chamallows pour les séropos

Suite à la récente annonce gouvernementale de revalorisation de l’AAH et en prélude à la manifestation « Ni Pauvre, ni soumis », samedi prochain, Act Up-Paris diffuse son spot « des chamallows pour les séropos » [la suite]

31 juillet 2008

Démantèlement de la prise en charge à 100 %

Si nous nous félicitons du vote unanime du conseil d’administration de la CNAMTS contre le démantèlement du système de l’Affection longue durée (ALD), nous ne sommes pas dupes pour autant de ce revirement. Nous savons que pendant les années à venir nous devons restés sur nos gardes. [la suite]

18 janvier 2008

La réaction de R. Bachelot-Narquin face aux grèves des soins est lamentable

Franchises : combien de malades devront se mettre en danger pour que la ministre de la santé juge leur parole légitime ?

Aujourd’hui, vendredi 18 janvier, Roselyne Bachelot-Narquin a réagi à la grève des soins entamée d’abord par un malade du sida, puis par d’autres personnes atteintes de pathologies graves (insuffisance rénale, diabète).
Sa réaction n’est qu’un rabâchage d’arguments déjà connus, partiels, et totalement inadaptés à la situation de crise actuelle. [la suite]

18 janvier 2008

Act Up-Paris soutient Bruno-Pascal Chevalier dans son combat contre les franchises et rappelle combien son action peut le mettre en danger

Nous sommes des personnes séropositives, malades du sida. Nous nous battons pour l’accès aux soins de toutes les personnes, en France et dans le monde. Nous ne prenons pas cette « grève des traitements » à la légère : une personne malade se met en danger pour alerter l’opinion publique sur les conséquences de la mise en place des franchises, nouvelle taxe sur l’état de santé. Nous ne demandons à personne de se mettre ainsi en danger. [la suite]

13 novembre 2007

Édito

Avant la fin du mois de novembre sera à nouveau examiné le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, au cours duquel doit être débattue la mise en place de franchises sur les médicaments et les transports sanitaires. Ces franchises sont particulièrement injustes et pénaliseront les plus malades, alors même que leur contribution pour se soigner est plus importante que celle du reste de la population. Rien ne justifie une telle mesure. [la suite]

24 septembre 2007

Nicolas Sarkozy fossoyeur de la sécurité sociale solidaire

Roselyne Bachelot-Narquin et Xavier Bertrand complices

Le gouvernement vient de dévoiler le projet de loi sur le financement de la sécurité sociale 2008. Comme annoncé, celui-ci prévoit d’instaurer des franchises sur les soins, sans qu’aucune mesure réelle ne soit prise pour protéger les malades les plus précaires. [la suite]

1er décembre 2005

Bientôt sans soins ?

La réforme de la Sécu en 2005, c’est :
- La mise en place d’un forfait à 1 euro pour chaque acte ou examen.
- L’établissement dans l’année qui vient, par la Haute autorité de santé (HAS), d’un référentiel de soins pour chaque Affection longue durée (ALD).
- Dernière nouveauté, la droite met en place à partir de l’année prochaine une franchise de 18 euros, à notre charge si les soins ne rentrent pas dans l’ALD. [la suite]

1er décembre 2004

Combien nous coûtera notre sida ?

TouTEs ces militantEs d’Act Up ont "abusé" de la Sécu cette année...

1 euro par acte médical ou consultation : c’est la somme qu’il faudra payer pour combler le « trou-de-la-Sécu » et nous « responsabiliser » c’est le terme employé. Ci-dessous, une dizaine de séropositifVEs ou malades du sida d’Act Up ont fait le compte des consultations ou actes médicaux qu’ils ont fait durant l’année et qui avaient un lien avec le VIH. Cela donne une idée du prix de la responsabilité. [la suite]

1er décembre 2004

impôt sur la maladie

Calculez vous-même combien vous coûte votre sida !

A partir du 1er janvier 2005, nous aurons à payer 1 euro pour chaque consultation ou acte médical. C’est une des mesures phares de l’UMP pour combler le « trou-de-la-Sécu » et précariser un peu plus les malades. Les responsables techniques du ministère planchent encore sur le mode de perception de cette gabelle sur la maladie. Une chose est sûre : la mesure va coûter plus cher qu’elle ne rapportera, ce qui nous garantit des hausses du forfait à très court terme. [la suite]

30 novembre 2004

Chirac : le premier responsable

Aujourd’hui, Act Up-Paris a zappé l’Elysée et interpellé Jacques Chirac. Une dizaine de militants d’Act Up ont couvert de faux sang la façade du bâtiment et scandé des slogans pour dénoncer le mélange d’inaction et d’hypocrisie du Président de la République face au sida à la veille du 1er décembre. Après un très long flottement des services de sécurité (d’après les observateurs de presse présents), les militants ont été interpellés et placés en garde-à-vue, ce qui est très rare pour ce type d’action. Mettre les malades en détention n’est pas une réponse. [la suite]

Des photos sont disponibles

26 novembre 2004

Sida grande cause nationale 2005 : grandes seront nos exigences

Act Up-Paris se félicite de la décision du gouvernement de proclamer la lutte contre le sida grande cause nationale. Notre association a pleinement soutenu cette demande initiée par Elus Locaux Contre le Sida. Néanmoins, nous n’avons pas l’habitude de nous joindre inconditionnellement au concert de déclarations d’intentions dont est pavée la lutte contre le sida. Cette décision est la moindre des mesures que pouvait concéder le gouvernement au vu de l’évolution alarmante de l’épidémie : tant dans le (...) [la suite]

25 novembre 2004

Sida : combien coûtent nos vies ? Les CPAM n’ont rien à déclarer

Mercredi 25 novembre 2004, Act Up-Paris a tenté de s’inviter dans les locaux d’une caisse primaire d’assurance maladie du onzième arrondissement, passage Salarnier. A notre arrivée, nous avons trouvé portes closes, le centre a été immédiatement fermé au public. Barrer la route aux malades dans un service public destiné aux malades, telle est la logique gouvernementale. [la suite]

8 novembre 2004

Sida : combien coûtent nos vies ?

Le démantèlement de la protection sociale et la mise en place d’un impôt sur la maladie

La droite ne cesse de nous dire que nous sommes trop malades, que nous coûtons trop cher, et qu’il est temps de faire des sacrifices sur nos vies pour pouvoir économiser. C’est la logique mise en oeuvre par la loi démantelant l’Assurance maladie , adoptée cet été. C’est cette logique qui guide les attaques qui ont été faites contre l’Aide Médicale d’Etat depuis deux ans. [la suite]

1er octobre 2004

L’UMP invente l’impôt maladie et restreint le 100 % Sécu.

Cet été, en catimini, les parlementaires ont discuté en urgence et adopté une loi réformant la Sécurité sociale - entendez la démantelant purement et simplement. [la suite]

30 septembre 2004

Act Up-Paris harcèle un gouvernement qui attaque les malades

Ce soir mercredi 29 septembre, quatre activistes d’Act Up-Paris ont perturbé le meeting de la fédération de Paris de l’UMP sur l’assurance maladie au Cirque d’Hiver. [la suite]

21 septembre 2004

L’UMP met en place un impôt sur le handicap et la maladie

Combien coûtent nos vies ?

Aujourd’hui mardi 21 septembre, aux alentours de 18 heures, une dizaine d’activistes d’Act Up-Paris ont perturbé l’inauguration du nouveau siège de la CNAM à laquelle assistait Jean-Pierre Raffarin, Philippe Douste-Blazy et Xavier Bertrand. [la suite]

24 juillet 2004

Démantèlement de l’Assurance Maladie : les personnes atteintes de pathologies graves sont les premières visées

Act Up-Paris condamne le démantèlement de l’Assurance Maladie opéré par le gouvernement. Sous prétexte de « sauver » la Sécurité sociale de ses déficits, les mesures, étudiées à partir de vendredi 23 juillet au Sénat, vont restreindre l’accès aux soins et la qualité du suivi médical, notamment pour les personnes vivant avec une pathologie lourde comme le vih/sida. Nous avons choisi d’analyser deux articles du projet de réforme (articles 3 et 11) particulièrement révélateurs de la manière dont les enjeux de santé publiques sont abandonnés pour une logique comptable à courte vue. [la suite]

16 juillet 2004

Philippe Douste-Blazy veut faire des économies sur nos vies

Aujourd’hui, jeudi 15 juillet en début d’après-midi, une vingtaine de militants d’Act Up-Paris ont zappé le Ministère de la Santé. Les activistes entendaient dénoncer les menaces que représente (notamment pour les séropositifVEs) le projet de réforme de l’assurance-maladie en terme d’accès aux soins, de prise en charge ou même de remise en cause du secret médical. [la suite]

Des photos sont disponibles

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]