délivrance des médicaments

Les articles liés au sujet

12 août 2013

Hépatite C : Honte à Gilead ! / HCV : Shame on Gilead !

Ce midi, des militantEs d’Act Up-Paris se sont renduEs à Boulogne-Billancourt devant le siège français de Gilead Sciences Inc pour rappeler à la firme qu’elle doit suivre l’avis de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). [la suite]

Des photos sont disponibles

1er octobre 2011

Protocoles 67-68 - ruptures d’ARV

ruptures d’antirétroviraux : des avancées  ?

où en est-on sur le front des ruptures d’approvisionnement des antirétroviraux en pharmacie ? [la suite]

27 janvier 2011

Pressions sur les médecins, lobby contre les génériques...

la cupidité des labos tue

Jeudi 27 janvier, des militantEs d’Act Up-Paris ont zappé un séminaire du LEEM (Les Entreprises du Médicament), principal syndicat des firmes pharmaceutiques en France. [la suite]

Des photos sont disponibles

1er septembre 2005

CPAM de Paris

rupture de traitement sous ordonnance

Aujourd’hui, les textes réglementaires ne prévoient pas la délivrance de plus d’un mois d’antirétroviraux en une seule fois. Pourtant, il s’agit d’une pratique généralisée qui permet de faciliter la vie des séropos à la veille de vacances ou d’un départ professionnel de longue durée. Le ou la directrice intérimaire de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de Paris, sans consultater des usagèrEs, ni de la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), a souhaité supprimer cette pratique par une circulaire interne, juste avant les vacances d’été. Ce sont des malades, confrontéEs à des refus de délivrance, qui nous ont alertéEs. Ces refus signifiaient pour eux une éventuelle rupture de traitements. [la suite]

19 juillet 2005

CPAM faux pas sur ordonnance

A la veille des départs en vacances pour certainEs, de missions professionnelles à l’étrangers pour d’autres, une circulaire interne à la CPAM de Paris a failli être la cause de rupture de traitements pour de nombreuSESx séropositifVEs. [la suite]

1er décembre 2004

La CPAM du Val-de-Marne se fout des séropos !

Au retour des vacances, une centaine de malades au moins ont eu la charmante surprise de recevoir un courrier de leur Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) les informant qu’elle ne pouvait « prendre en charge le traitement » qui leur avait été délivré. On sait que selon l’article R 5148 bis du Code de la Santé publique la délivrance de médicaments ne peut excéder une durée de quatre semaines. Toutefois, en pratique, de nombreuses pharmacies hospitalières délivrent deux mois de médicaments, notamment en période de vacances ou lors d’un voyage. [la suite]

25 novembre 2004

Sida : combien coûtent nos vies ? La CPAM du Val-de-Marne nous envoie la facture

Jeudi 25 novembre au matin, des activistes d’Act Up-Paris ont investi le siège de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) du Val-de-Marne à Créteil. Malgré plusieurs barrages, ils ont réussi à pénétrer dans la partie interdite au public au sein de laquelle ils ont interpellé tous les agents de la Caisse de manière bruyante. [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]