Principes de Denver

Définition des principes de Denver extraite du livre d’Act Up-Paris, Le sida, combien de divisions ?, éditions Dagorno, 1994

En 1983, des gays américains malades du sida se rassemblent pour la première fois à l’occasion du deuxième Congrès national sur le sida qui se tient à Denver. Tous ont le sentiment commun d’avoir été dessaisis de leur autonomie : ils sont considérés comme les victimes d’une maladie dont on sait encore très peu de choses. [...]

Ils rédigent une charte que l’on peut considérer aujourd’hui comme l’acte de naissance de l’activisme sida. Son préambule est une mise au point lexicale. Ils refusent d’être traités comme des « victimes » et estiment qu’ils ne sont des « patients » qu’à l’occasion de tel ou tel acte médical. Ces deux termes évoquent en effet « l’impuissance », « la dépendance » et « la passivité » : « Nous sommes des personnes atteintes par le sida (People With Aids - PWA) ». Et « nous luttons pour la vie ».

La suite du texte est un appel solennel aux PWA. Il est urgent qu’ils se prennent en charge. Ils ne doivent pas abdiquer en confiant leur destin à d’autres qu’eux-mêmes. Ils formeront des comités, se choisiront des représentants, établiront les conditions d’une parole collective inédite, s’adresseront eux-mêmes aux médias et décideront démocratiquement des stratégies qu’ils emploieront et de l’ordre de leurs priorités. Ils demandent d’être désormais partie prenante à tous les niveaux de décision, de participer à tous les colloques sur le sida, d’y bénéficier d’une crédibilité égale à celle des autres intervenants, d’y faire connaître leurs expériences. Ils s’engagent à adopter des pratiques à moindre risque et à « informer leurs partenaires sexuels éventuels de leur état de santé ». Ils exigent enfin d’avoir accès « à des soins médicaux et à des services sociaux de qualité, sans discrimination d’autre sorte relative à leur orientation sexuelle, leur sexe, leur état de santé, leur statut économique ou leur race », de recevoir « des explications complètes sur toutes les procédures médicales et sur les risques qu’elles comportent », de pouvoir « choisir ou refuser les modalités des traitements qui leur sont proposés », et de « prendre des décisions pour leur vie en tout connaissance de cause ».

Les principes de Denver décrivent le programme de l’activisme sida pour les années qui suivent. [...]

Lire également à ce sujet Michael CALLAN, Dan TURNER, « A History of The People With AIDS Self-Empowerment Movement », Body Positive, Vol. X, n° 12, december 1997. http://www.thebody.com/bp/dec97/his.... Callan et Turner sont deux pionniers de l’empowerment et ont participé à l’histoire du mouvement PWA et à la naissance des principes de Denver.

Les articles liés au sujet

22 juin 2011

85e Réunion Publique d’Information

30 ans de sida et de combats > Recherche et Mobilisation : le plus dur est-il derrière nous ?

mercredi 22 juin // 19h // Centre Wallonie-Bruxelles

- Quels sont aujourd’hui les enjeux dans la recherche ?
- Quelles priorités ?
- Quelles leçons pouvons-nous tirer ?
- Peut-on se permettre de baisser la garde ?
- L’activisme aujourd’hui : Comment remobiliser ? [la suite]

1er juin 2011

Action 128

30 ans de sida, 30 ans de combats

Sinistre anniversaire. Retour subjectif sur l’histoire, les luttes, les perspectives et les enjeux actuels de la lutte contre le sida. [la suite]

Des photos sont disponibles

1er avril 2005

Edito

Face à la pénalisation de la transmission du VIH, nous défendons une position ferme. Nous refusons de criminaliser les personnes qu’on pourrait estimer responsable d’une contamination parce qu’elles n’auraient pas informé leur partenaire de leur statut sérologique et qu’elles auraient eu des relations non protégées. Cette contamination dite « volontaire », qui n’a pourtant rien de volontaire, désigne les seulEs séropositifVes — du moins ceux et celles qui n’ignorent pas leur statut sérologique — comme uniques responsables de la propagation de l’épidémie. [la suite]

2 novembre 2004

Les malades acteurs de la recherche

contribution interassociative du TRT-5 et du CHV aux États généraux de la recherche

Au mois de mai et juin derniers, des membres des associations de lutte contre le sida se sont réunis sous la houlette du TRT-5 (groupe Traitements et Recherche Thérapeutique) et du CHV (Collectif Hépatites Virales) pour constituer un atelier local dans le cadre des Etats Généraux de la Recherche dont les travaux ont abouti à des Assises organisées les 28 et 29 octobre derniers. [la suite]

1er octobre 2004

Les malades, acteurs et actrices de la recherche

Durant les mois d’avril et mai 2004, différentes associations membres du TRT-5 et du CHV se sont réunies afin d’apporter une contribution inter-associative à la réflexion nationale sur la réorganisation de la recherche française. [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]