Accueil du site > International > TAC menace d’une campagne de désobéissanc

TAC menace d’une campagne de désobéissance civile

publié le 23 décembre 2002 dans Action 84

En Afrique du Sud, les antirétroviraux ne sont disponibles que dans le secteur privé et les seuls qui peuvent y avoir accès dans le service public sont les victimes de violences sexuelles ou d’accidents du travail. Le 9 octobre dernier, le gouvernement annonçait qu’il examinait la faisabilité de fournir les antirétroviraux dans les hôpitaux et cliniques publics, mais il n’a toujours pas annoncé de calendrier. Si le gouvernement ne s’engage pas avant le mois de février sur un programme national de traitement, les activistes débuteront leur campagne de désobéissance civile non-violente. Celle-ci pourrait prendre la forme d’occupations des bureaux du gouvernement, de grèves de la faim et d’importation illégale de médicaments génériques. Les activistes demandent que les infrastructures soient mises en place pour pouvoir étendre la prise en charge à 100.000 personnes d’ici mars 2004. Ils estiment qu’au moins 300 millions de rands (soit près de 31 millions de dollars) sont nécessaires pour la première année, un montant qui devra croître jusqu’à 14 milliards de rands par an (soit près de 1,5 milliard de dollars) pour les 10 prochaines années. 6 millions de sud-africains sont infectés par le VIH, 420 000 d’entre eux mourront l’année prochaine.

International

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>International</p>

  • La commission International se réunit tous les lundis à 19H00. Rejoignez-nous !

    [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]