Accueil du site > International > Yes, we can. Obama a 100 jours pour (...)

Yes, we can. Obama a 100 jours pour tenir ses promesses

publié le février 2009 dans Action 116

Lors des primaires, les candidatEs, démocrates comme républicainEs, ont adopté une liste d’engagements, proposés par les activistes de la lutte contre le sida, pour « mettre fin à la pandémie » dans les 100 jours suivants leur élection à la maison blanche. Aujourd’hui, le président élu, Barack Obama, doit mettre en place une véritable stratégie nationale de lutte contre le sida aux Etats-Unis, incluant :
- Un réel accès aux traitements pour toutes les personnes vivant avec le VIH aux Etats-Unis. Un pays où aujourd’hui encore, des milliers de personnes n’ont toujours pas accès aux trithérapies, de la même manière qu’elles n’ont toujours pas accès à une prise en charge médicale, bien trop chère et souvent partiellement remboursée.
- L’accès à un logement pour les personnes vivant avec le VIH/sida, condition indispensable pour une vie à peu près décente permettant une bonne observance. Aujourd’hui pour avoir accès à un logement lorsque l’on est séropositifVE aux Etats-Unis, il faut être en stade sida. La nouvelle Administration élue doit faire de l’accès au logement une priorité.
- La prévention du VIH doit s’amplifier et être menée de manière stratégique, globale et effective. Pour cela, la prévention du VIH chez les jeunes ne peut être basée sur des programmes d’abstinence. L’accès à l’information est un droit. L’interdiction de l’échange de seringues doit être levée, car la politique de réduction des risques à l’égard des usagerEs de drogue a depuis bien longtemps fait ses preuves en terme d’efficacité dans les pays où elle a été mise en place. Des campagnes de prévention spécifiques doivent être menées à l’attention de toutes les minorités et la lutte contre les discriminations dont sont victimes ces minorités doit être renforcée. Les Etats-Unis, comme les autres puissances économiques, doivent augmenter de toute urgence leur contribution à la lutte contre le sida au niveau mondial, en augmentant leur contribution bilatérale via le Programme d’urgence du Président pour la lutte contre le sida (PEPFAR ou President’s Emergency Plan For Aids Relief) mais aussi notamment en augmentant la part de PEPFAR allouée au Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, auquel PEPFAR a contribué à hauteur de 3,3 milliards depuis la création du Fonds en 2001, soit près de 27 % de la totalité du Fonds. We will not rest in peace !

International

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>International</p>

  • La commission International se réunit tous les lundis à 19H00. Rejoignez-nous !

    [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]