Accueil du site > Sexwork > Des droits pour les travailleurSEs (...)

Des droits pour les travailleurSEs du sexe

publié le mars 2007 dans Action 106

Alors que la prostitution n’est pas formellement interdite, les travailleurSEs du sexe sont confrontéEs à une inadaptation des droits sociaux au regard de leur activité. De fait, la majeure partie des prostituéEs n’a aucun droit à la protection sociale (chômage, formation professionnelle, retraite, etc.). De même la définition extensive des délits apparentés au proxénétisme, comprenant le soutien à leur activité sans élément de contrainte, constitue un obstacle majeur à l’acquisition d’un logement, à l’obtention d’un prêt bancaire ou au respect de sa vie privée.

L’exclusion et la précarité qui s’en suivent sont en tout point contraires aux objectifs de santé publique. Aussi, il est nécessaire de permettre aux travailleurSEs du sexe de bénéficier d’un dispositif juridique adapté à leur activité et leur garantissant des droits sociaux.

La définition d’un tel dispositif ne pourra en aucun cas se faire sans la participation des premièrEs concernéEs qui sont pour l’heure systématiquement excluEs des débats qui les concernent.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]