Accueil du site > Droits Sociaux > Le mépris des chefEs d’entreprise à (...)

Le mépris des chefEs d’entreprise à l’égard des séropositifVEs mis à nu dans Ripostes

publié le avril 2008 dans Action 112

En plein week-end du Sidaction, l’émission Ripostes (France 5) du 30 mars sur les retraites, se clôt par le dialogue suivant entre le présentateur (Serge Moati) et l’une des invitéEs (Sophie de Menthon, chef d’entreprise ultra libérale) :
Serge Moati : 100 % des chefs d’entreprise déclare dans une enquête de AIDES ne pas donner suite à l’entretien d’embauche d’une personne ayant mentionné sa séropositivité, qu’en pensez vous ?
Sophie De Menthon : Est-ce que je dois être politiquement correcte ?
SM : Non, soyez libre !
SDM : Ecoutez... Heu... je pense que c’est lamentable, que c’est dramatique, que c’est nul mais que quand vous avez une petite boîte et que vous avez un type qui arrive, risque d’être malade et de manquer tout le temps, vous avez une vraie inquiétude et ce serait faux, ce serait mentir de dire que l’on préfère pas celui qui, effectivement, à plus de chances de ne pas être absent !

Si Serge Moati énonce clairement sa position en amont (« c’est dégueulasse ») aucunE invitéE ne se scandalise. Ce silence montre à quel point la discrimination envers les séropositifVEs est totalement banalisée.

EstomaquéEs, nous avons contacté la rédaction de Ripostes pour lui signifier qu’on ne pouvait en rester là. Que les propos de Sophie de Menthon méprisent la loi interdisant les discriminations à l’embauche en raison de l’état de santé. Qu’elle laisse ainsi entendre qu’une personne séropositive serait un poids pour l’entreprise. Et qu’à cause de gens comme elle, 56% des séropositifVEs en France sont sans emploi (Enquête Vespa de l’ANRS). Bref, nous avons exprimé notre colère suite à des déclarations, pas seulement « politiquement incorrectes », mais surtout stigmatisantes et discriminantes.

La semaine suivante, Serge Moati s’en est fait l’écho à l’antenne et a rappelé la violence et l’illégalité des propos sérophobes tenus sur son plateau.
Au-delà de cet épisode médiatique, cet échange est révélateur des discriminations à l’emploi dont les séropos sont victimes et que les employeurSEs entendent légitimer en toute innocence, pour des raisons de rentabilité. Cela montre l’ampleur du travail qu’il nous reste à accomplir pour dénoncer et combattre le mépris à notre encontre.

Pour mener ce combat avec nous, rejoignez la commission droits sociaux d’Act Up-Paris.

Droits Sociaux

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Droits Sociaux</p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]