Accueil du site > Drogues & Usages > Technopole à côté de la plaque

Technopole à côté de la plaque

publié le octobre 1999 dans Action 63

Quelques mois avant la Technoparade, différentes associations de prévention étaient invitées aux réunions de préparation par Technopole, l’organisateur, afin de soumettre des projets de participation.

Saisissant l’invitation, ASUD se propose de tenir un stand avec distribution de journaux et de flyers sur les produits et les techniques d’usage à moindres risques, récupération et distribution de seringues et contrôle rapide des produits (testing). Ce à quoi Technopole répond : “ Pourquoi faire de la prévention des drogues puisqu’il n’y a pas d’usage de drogues sur notre événement ? ”. Le porte-parole de Techno+ (association de prévention dans le mouvement techno) s’oublie quelque peu et approuve sans ciller ces propos aberrants.

Mais ASUD ne renonce pas, et c’est finalement la DDASS, sur ses conseils, qui doit rappeler Technopole à l’ordre et à la raison : la loi impose de réserver le meilleur accueil aux associations d’usagers de drogues, notamment pout l’échange de seringues. La réduction des risques est la politique officielle du gouvernement en matière de santé publique et d’usage de drogues ; une politique que la DDASS se doit de promouvoir ; une politique pour laquelle sont soutenues des associations comme ASUD et Techno+.

Aucune excuse donc pour le porte-parole de cette association, supposé défendre et assurer la santé de sa communauté. Gageons que, l’an prochain, l’ensemble des associations d’usagers feront front commun face au déni de l’usage et pourront faire entendre la parole des consommateurs de toutes les drogues, culturelles ou pas.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]