Accueil du site > Traitements Recherche > des essais de phase IV obligatoires

des essais de phase IV obligatoires

publié le 30 novembre 2001 dans Action 77

Si l’industrie pharmaceutique s’intéressait autant à la santé des malades qu’à ses résultats financiers, elle axerait sans nul doute la recherche sur des pistes visant la suppression de la production du VIH dans les macrophages. L’éradication pourrait alors devenir un objectif réaliste ; il serait possible d’envisager la prise de traitements sur des durées limitées et d’éviter la survenue d’une grande partie des effets secondaires. Cependant…

A l’heure actuelle, pour plus de 80% des malades sous HAART, la prise de ces médicaments rime avec ostéoporose, ostéonécrose, problèmes cardio-vasculaires, pancréatite aiguë, lipoatrophie, lipodystrophie, troubles du système nerveux central, dépression, neuropathie périphérique, perte de cheveux, perte de la libido, impotence, fatigue, macrocytose, diarrhée, nausée, calculs rénaux, ongles incarnés, rash, hépatite fulminante, problèmes dermatologiques, crise de démence, tentative de suicide, grossissement des seins (chez les hommes aussi), atrophie mammaire (chez les hommes aussi), douleurs abdominales, perte de l’appétit, augmentation de la tension artérielle, douleurs rénales, enflure des jambes attribuable à l’accumulation de liquides, selles fréquentes, perte de l’acuité auditive, ulcération buccale.

Depuis quatre ans les associations de malades soulèvent le problème et demandent que les essais de phases IV deviennent obligatoires afin qu’un meilleur suivi et une prise en charge réelle de ces effets secondaires soit possible. Pourtant, jusqu’à présent l’industrie refuse de prendre ses responsabilités.

Traitements Recherche

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Traitements Recherche</p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]