Accueil du site > Traitements Recherche > Prise en charge sexiste

Prise en charge sexiste

publié le mai 2005 dans Protocoles 37

En début d’année, sortait les résultats d’une étude menée par Cheryl Brown Travis [1] s’intéressant au traitement médical des problèmes cardiaques pour les femmes et les hommes. Les résultats sont affligeants : à profil médical équivalent, les hommes ont deux fois plus de chances que les femmes de bénéficier d’un pontage coronarien (mise en place d’un greffon, d’un tube ou d’un ressort pour rétablir la vascularisation d’une artère bouchée). Cette étude rétrospective a porté sur les données de 1988 et de 1998, c’est-à-dire représentant 280 000 pontages sur 10 millions d’hospitalisations. En 1988, 12 % des femmes dont le profil pathologique relevait d’une indication de pontage (infarctus du myocarde, angine de poitrine handicapante, etc.) en ont bénéficié, contre 24 % pour les hommes dans le même cas ; soit un risque de ne pas être opérée malgré les indications, 2,26 fois plus important que pour un homme. En 1998, les proportions étaient de 20 % pour les femmes et de 33 % chez les hommes ; soit un risque de ne pas être opérée malgré les indications, 1,96 fois plus important que pour un homme. Dans la pathologie à VIH, nous connaissons ce décalage et ce manque de prise en compte de la spécificité féminine, notamment dans la recherche. Le diagnostic du problème coronaire est correctement posé. Il n’y a pas d’opposition à une intervention chirurgicale liée à d’autres pathologies ; les femmes concernées ne sont ni plus âgées ni plus fragiles et elles ne présentent pas une mortalité supérieure après l’intervention. Les arguments traditionnellement employés pour justifier ces différences de traitement ne tiennent donc pas. Cette étude explique ces inégalités par « un biais pernicieux lié au genre ». Ces femmes peuvent prétendre, de la même façon que les hommes, bénéficier d’un pontage et pourtant ce n’est pas le cas systématiquement. Ces différences d’attitude non justifiées ont une traduction concrète en termes de vies sauvées.

Notes

[1] Cette chercheuse travaille à l’université du Tennessee. Son étude a été publié dans la revue Pychology of Women Quaterly, trimestriel scientifique et féministe.

Traitements Recherche

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Traitements Recherche</p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]