Accueil du site > International > Sida & G8 : où sont les 10 (...)

Sida & G8 : où sont les 10 milliards de dollars ?

publié en ligne : 27 juin 2002 dans Action 81

Un an après l’annonce tonitruante par les États du G8 de la création d’un Fonds mondial contre le sida, la contribution des pays les plus riches n’a pas atteint le dixième des objectifs fixés. Où sont les 10 milliards de dollars promis ? Les caisses du Fonds mondial sont pour ainsi dire vides. Au cours des 12 derniers mois près de 3 millions de personnes sont mortes du sida, et l’épidémie continue inexorablement de s’étendre.

sticker200En 2000, et après plus de 15 ans d’épidémie, le Conseil de Sécurité de l’ONU, puis le Conseil National de Sécurité américain annonçaient que la pandémie de sida représentait l’une des plus graves menace à la stabilité internationale.

Quelques mois plus tard, la Banque mondiale avertissait la communauté internationale que les ravages du sida dans les pays pauvres étaient sur le point de réduire à néant 50 ans de développement. Dans le même temps, Jeffrey Sachs, directeur de l’Institut Harvard et chargé de la Commission Santé et Macro-économique de l’OMS, publiait un rapport d’experts estimant les montants nécessaires pour contrôler la pandémie à 10 milliards de dollars par an, soit 0,05% du PNB des 8 pays les plus riches — une somme inférieure à ce que les pays du G8 continuent de percevoir des pays pauvres au titre du service de la dette.

En avril 2001 au Sommet d’Abuja au Nigeria, Kofi Annan, Secrétaire Général des Nations-Unies, en appelait à une mobilisation financière internationale « sans commune mesure avec les ressources que nous consacrons actuellement […] pour remporter la guerre contre le sida ». Un objectif que l’Assemblée Spéciale des Nations Unies reprenait à son compte en juin 2001 lors de la Session Spéciale sur le sida. Ainsi, en juillet 2001, les 8 États les plus riches du monde annonçaient à Gênes la création d’un Fonds mondial destiné à recueillir 10 milliards de dollars par an.

Or, à ce jour, leurs contributions n’atteignent pas 500 millions de dollars par an, soit moins de 5% des objectifs fixés. Où sont les 10 milliards de dollars promis ? Au cours de ces 12 derniers mois près de 3 millions de personnes sont mortes du sida. En 2015, si la tendance n’est pas inversée, 100 millions de personnes seront séropositives, 95 millions d’entre elles seront condamnées à mort.

Au fil des années, les acteurs de terrain, les malades, les ONG, les médecins se sont mobilisés, jour après jour, pour combattre l’épidémie et sauver les personnes atteintes. Pourtant, sans moyens supplémentaires ils ne pourront ni maintenir leur action, ni l’étendre.

Les Etats du G8 portent la responsabilité de la mort de 10 000 personnes chaque jour, la responsabilité d’une progression ininterrompue de l’épidémie qui menace le développement et la stabilité de continents entiers. C’est pourquoi, ils doivent s’engager sans délai à consacrer un minimum de 0,05% de leur PNB au financement de la lutte contre le sida.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]