Accueil du site > L’association > Act Up-Paris en redressement judiciaire

Act Up-Paris en redressement judiciaire : pourquoi ? comment ?

publié en ligne : 19 juillet 2014

 

Act Up-Paris en redressement judiciaire a minima jusqu’au 19 décembre 2014.

Cela fait plusieurs mois que l’association rencontre d’importantes difficultés financières chroniques. Le 19 juin dernier, le Tribunal de Grande Instance de Paris a placé l’association en redressement judiciaire, à la demande de sa Présidente suite au constat d’une situation de cessation de paiement en date du 22 mai 2014 et à d’importantes dettes non-réglées à échéance. La période d’observation [1] initiale de 2 mois a été portée à 6 mois lors d’une seconde audience en date du 10 juillet.

Un déficit 2013 dû à une importante baisse des subventions publiques et privées

Act Up-Paris a terminé l’année 2013 avec un déficit net s’élevant à 109 875 €. Ce déficit est le résultat d’une diminution importante des recettes de l’association (-231 324 €) que n’a pas pu compenser la réduction notable des dépenses sur l’année 2013 (-114 105 €). Une baisse des subventions tant publiques que privées (460 000 € en 2013 contre 715 792 € en 2012 et 799 407 € en 2011) a grandement impacté nos ressources. Nous avons cependant tenté de poursuive à activité constante les actions politiques que nous jugions indispensables pour lutter efficacement contre le sida, cela nous a conduit à terme à ne plus pouvoir honorer nos créanciers.

De nouvelles réductions de dépenses dès janvier 2014 :

Pourtant, des démarches visant à compresser au maximum nos dépenses avaient été entamées au plus tôt.

  • Cinq salariéEs sur sept ont été placéEs en activité partielle de janvier à mars 2014, le paiement des salaires dans leur intégralité étant alors impossible.
  • Le 1er juillet dernier, suite à de longs mois de recherche et de négociations, nous avons quitté nos locaux historiques du 45 rue Sedaine dans le XIe arrondissement pour rejoindre un espace plus petit mais beaucoup moins cher à proximité des Buttes-Chaumont.
  • Le 13 août prochain seront officiellement licenciéEs pour motif économique 5 salariéEs sur les 7 que compte actuellement l’association.

Act Up-Paris doit vivre :

L’activité s’en trouvera réduite alors même que le climat social et politique pour les séropos et les minorités ne cesse de se dégrader sous un gouvernement prétendument socialiste. Nous espérons cependant que toutes ces mesures prises nous permettront de recouvrer une viabilité économique nécessaire à la poursuite de nos actions, et ce dans un avenir relativement proche.

ACTION=VIE

 

Notes

[1] La période d’observation est conçue pour permettre à l’administrateur avec le concours du débiteur de dresser dans un rapport, le bilan économique, social et environnemental de l’association et d’élaborer un plan de redressement qui déterminera les perspectives de redressement en fonction des possibilités de l’association, notamment les moyens de financement disponibles. Pendant cette période, des mesures sont prises pour :

  • Préserver ou reconstituer les actifs : inventaire dressé par commissaire-priseur, recouvrement des créances,
  • Assurer son administration : surveiller et assister le débiteur dans les opérations de gestion ou, prendre des mesures de restructuration (ex. : licenciements).
 



L'association

 

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]