Accueil du site > Égalité des droits Homophobie > pour François Hollande, la vie des (...)

Russie, Ouganda, Nigéria :

pour François Hollande, la vie des homosexuelLEs ne vaut rien ?

publié en ligne : 26 février 2014

En Russie, la loi pénalisant l’exposition publique de l’amour entre personnes de même sexe est passée depuis la fin de l’année 2013, favorisant une multiplication des violences, tout particulièrement à l’égard des jeunes LGBT. A l’occasion des JO de Sotchi, François Hollande aurait dû condamner fermement ces violences, il ne l’a pas fait.

En Ouganda, où l’homosexualité est punie de la prison à vie, la nouvelle législation promulguée le lundi 24 février prévoit désormais la peine de mort en cas de "récidive", interdit toute « promotion » de l’homosexualité et rend obligatoire la dénonciation de toute personne ouvertement homosexuelLE. Les militantEs ougandaisES que nous connaissons nous ont informéEs que deux meurtres ont déjà eu lieu...

Au Nigeria, où François Hollande sera en visite jeudi et vendredi, l’homosexualité est passible de la peine de mort. Une loi validée par le Président Goodluck Jonathan au début du mois pénalise en outre quiconque affiche des signes d’affection envers des personnes de même sexe, conclut une union homosexuelle (14 ans d’emprisonnement) ou aide à un mariage ou union civile homosexuelLE (10 ans de prison).

Silence = mort

Plusieurs Etats et organisations internationales ont publiquement condamné ces nouvelles législations et les violences qu’elles engendrent. La France est jusqu’ici restée très mesurée. Si François Hollande ne dit pas un mot des lois homophobes pendant sa visite officielle au Nigeria, il prouvera qu’il n’a que faire de la vie des homosexuelLEs nigerianNEs. Il prouvera que pour lui, la diplomatie économique est plus importante que les vies humaines. Il nous prouvera une fois de plus, que le PS n’a de socialiste que le nom.

homophobie = contaminations

Le Nigéria est le deuxième pays au monde le plus touché par le VIH et le taux de prévalence y est trois fois plus élevé chez les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes (17%) que dans la population générale (4%). La répression et la pénalisation de l’homosexualité empêchent tout effort de prévention auprès des HSH et entravent leur accès aux soins.

Act Up-Paris exige de François Hollande :
- des paroles fermes de condamnation des lois homophobes et un rappel à l’engagement pris en 2011 par les Etats membres de l’ONU de supprimer les obstacles judiciaires dans la lutte contre le VIH/Sida
- un assouplissement de la procédure d’asile pour les victimes de violences en raison de leur orientation sexuelle et/ou identité de genre
- une facilitation de l’obtention des visas au départ de tous les pays criminalisant l’homosexualité

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]