Protocoles 76

Édito

Angles morts

publié en ligne : 30 octobre 2013 — publié la première fois : 21 octobre 2013 dans Essais cliniques dans Protocoles 76

Les essais cliniques menés aujourd’hui excluent de fait de nombreuses populations minorisées des enjeux de la recherche thérapeutique : femmes, usagèrEs de drogues, personnes co-infectées VIH-VHC, personnes trans, enfants... Il ne s’agit pas là simplement d’une question de chiffres ; derrière la sous-représentation des minorités dans la recherche, c’est la difficulté à assurer un suivi de qualité pour les premièrEs concernéEs qui est en jeu : méconnaissance des spécificités de la prise en charge des personnes, effets indésirables passés sous silence, information indisponible concernant les interactions entre antirétroviraux, produits de substitutions, traitements hormonaux, molécules anti-VHC...

Ce numéro de Protocoles consacre un dossier sur l’inclusion des femmes dans les essais cliniques, tant au Nord qu’au Sud. En raison de situations locales contrastées, la représentation des femmes diffère largement d’une zone géographique à l’autre. Il apparaît que la faiblesse de leur inclusion dans la plupart des essais menés au Nord est criante, tant dans la recherche publique que dans la recherche privée. Les pouvoirs publics, et plus spécialement le Ministère de la Santé commencent à se saisir de la question. Cependant, la pression qu’ils exercent reste à ce jour insuffisante, permettant ainsi à l’ANRS de retarder encore et encore la remise d’un vrai rapport concernant la place des femmes dans les essais menés par l’agence. Pendant ce temps, des molécules et des stratégies thérapeutiques peuvent continuer à être homologuées sans que leurs effets indésirables spécifiques aux femmes ne soient connus.

Ces enjeux dépassent à la fois l’inclusion des femmes dans les essais et le champ de la recherche sur le VIH-sida : femmes, usagèrEs de drogues, co-infectéEs, personnes trans, enfants, personnes suivies pour plusieurs pathologies constituent les angles morts de la recherche thérapeutique telle qu’elle est menée aujourd’hui. En la matière, la responsabilité des pouvoirs publics est patente : ni les acteurs impliqués dans la recherche publique, ni les firmes ne changeront leurs pratiques d’eux-mêmes. Le pouvoir des agences de recherche et de régulation, des reviewers et des politiques est réel. Leur manque de volonté et leur lâcheté les rendent coupables ; on ne peut se contenter de les entendre dire qu’il s’agit d’une question importante, sans rien faire, voire qu’il s’agit d’une question compliquée et qu’ils n’ont pas le temps de s’en occuper.

Documents disponibles en téléchargement


PROTOCOLES76 automne 2013 -

Bulletin thérapeuthique pour les personnes vivant avec le VIH

(991.3 ko)

Nos médias

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER><b>Nos médias</b></p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]