Accueil du site > L’association > Act Up-Paris et Act Up-Sud Ouest (...)

Act Up-Paris et Act Up-Sud Ouest ont été reçues par deux secrétaires nationaux du Parti Socialiste sur le lieu où se tient le congrès du parti

publié en ligne : 27 octobre 2012

Après avoir hier participé au rassemblement contre la pénalisation de clientEs des travailleurSEs du sexe, Act Up-Paris et Act Up-Sud Ouest ont été reçues par deux secrétaires nationaux du Parti Socialiste sur le lieu où se tient le congrès du parti.

Charlotte Brun et Marc Coatanea ont entendu nos revendications suivantes :
- levée de l’interdiction de soins funéraires pour les séropositifVEs au VIH ou à une hépatite,
- levée de l’interdiction de don du sang pour les hommes ayant eu un rapport sexuel avec un homme et meilleure sélection des donneurs pour faire baisser les risques de transmission par transfusion,
- application de la loi quant à l’égalité d’accès à la prévention et aux soins entre les personnes sous écrou et libres, avec la mise en place de programmes d’échange de seringues en milieu fermé,
- application de la loi sur la suspension de peine pour raison médicale,
- priorité aux politiques de santé publique et abandon du projet de pénalisation des clientEs des travailleurSEs du sexe,
- l’insertion des minorités (femmes, des personnes ayant plusieurs pathologies, des usagerEs de drogues ou de molécules de substitution, trans…) dans les essais cliniques,
- une diffusion des brochures de l’Institut national de Prévention et d’éducation à la santé auprès de chaque élève de l’Education nationale,
- revalorisation de l’AAH et arrêt des déclarations trimestrielles et de la prise en compte des revenus du conjoint,
- suppression des restes à charge,
- dénonciation de l’accord signé sur les dépassements d’honoraires,
- intégration des migrants et des bénéficiaires de l’AAH dans la couverture maladie universelle,
- droit au séjour pour soins,
- application de la loi de réquisition des logements vides,
- remise en cause de la loi HPST et de la politique générale des ARS en termes de déstructuration des hôpitaux,
- revalorisation de l’ONDAM pour en finir avec les logiques d’économies de soins.

Sur tous ces points nous faisons des propositions. Dans un contexte nous sommes déjà déçus des 5 mois précédents, si le gouvernement et les parlementaires ne prennent pas en compte ces revendications, les malades et les victimes des choix du PS seront contraints de se faire entendre.



L'association

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]