Conférence de Washington

Quand Fabius parle du sida...

publié en ligne : 27 juillet 2012

Le Ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius a annoncé hier que 10% de taxe européenne sur les transactions financières serait attribuée à l’aide au développement.

Alors que le Président de la République François Hollande se faisait applaudir lors de l’ouverture de la 19ème Conférence de lutte contre le sida pour avoir annoncé cette taxe, cette déclaration est une véritable insulte aux malades des pays à revenu faible et intermédiaire dont plus de la moitié n’a toujours pas accès aux traitements [1] .

François Hollande s’est engagé à maintenir et à diversifier la contribution française à la lutte contre le sida. Il est inadmissible que seuls 10% de la taxe européenne soit affectée au développement alors même que Philippe Douste-Blazy, conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies, chargé des sources novatrices de financement du développement, avait lui même plaidé pour que la France consacre « au moins 50% » du produit de la nouvelle taxe « au financement du développement, à la lutte contre les grandes pandémies, à l’accès à l’eau potable et la lutte contre la faim par le développement de l’agriculture ».

Laurent Fabius a une dette envers les malades du sida et ne peut se contenter d’une telle déclaration alors que la Conférence de Washington appelle à la fin de l’épidémie. S’il veut que la France montre l’exemple, c’est 100% de la taxe qui devra être consacrée au développement et à la lutte contre le sida.

Nous exigeons de François Hollande qu’il revienne sur les déclarations de Laurent Fabius et prenne des engagements à la hauteur des enjeux posés par les grandes pandémies.

Notes

[1] Rapport ONUSDIA, 2011, p. 19.



L'association

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]