Protocoles 70 - essais cliniques

VAC-3S

INNAVIRVAX (recherche privée)

publié en ligne : 21 mars 2012 dans Protocoles 70

Protocole IVVAC-3S/P1  : étude clinique de phase I/IIa testant des doses croissantes d’un candidat vaccin thérapeutique (VAC-3S) [1] destiné à protéger contre les effets immunopathologiques du VIH-1.

qui peut participer à cette étude  ?

Des personnes infectées par le VIH, traitées depuis au moins un an, ayant une charge virale inférieure à 50 copies/ml, contrôlée à 3 occasions durant les 12 mois précédents et un taux de CD4 supérieur à 200/mm3. Seront incluses 24 personnes.

quel est l’objectif de l’étude  ?

C’est une étude clinique multicentrique, randomisée contre placebo destinée à tester des doses croissantes d’un candidat vaccin thérapeutique [2] (VAC-3S) afin de protéger les patients contre les effets immunopathologiques du virus de type 1 (VIH-1), patients chroniquement infectés et contrôlant leur charge virale sous traitement antirétroviral. Cette étude doit démontrer que le vaccin n’entraîne pas d’effets indésirables majeurs lorsqu’il est administré par voie intramusculaire (muscle de l’épaule) et également d’évaluer la capacité du vaccin VAC-3S à induire une réponse vaccinale contre le fragment 3S du VIH avec production d’anticorps anti-3S.

comment se déroule l’étude  ?

Trois groupes seront constitués, correspondant aux 3 doses testées (0,1, 1 et 10g d’équivalent-peptide/vaccination). Pour chaque groupe, 8 personnes seront vaccinées de façon aléatoire par VAC-3S ou par le placebo (ratio 3:1). Dans chaque groupe, les 4 premières personnes seront injectées à 48 heures d’intervalle si aucune réaction indésirable importante ne survient chez le dernier sujet traité. Le passage à la dose supérieure devra être approuvé par le comité indépendant de surveillance des données de sécurité.

Résumé  : 24 personnes, 3 vaccinations à 4 semaines d’intervalle, 11 visites sur 61 semaines. Le suivi après les vaccinations a lieu toutes les 4 semaines. Le déroulement de l’étude peut être adapté si les données de sécurité et d’immunogénicité l’imposent.

quels sont les critères d’évaluation  ?

Critères de sécurité  : évaluation des évènements indésirables locaux ou systémiques, menant ou non au retrait, charge virale, examens cliniques et biologiques.

Critères d’efficacité  : taux d’anticorps anti 3S, taux de CD4 et de CD8, rapport CD4/CD8, expression des marqueurs d’activation et de différentiation lymphocytaire.

qui contacter pour rentrer dans cette étude  ?

investigatrice coordonnatrice  :
Pr Christine KATLAMA
Hôpital Pitié Salpêtrière
75 651 Paris cedex 13
Tel  : 01 42 16 01 42
Fax  : 01 42 16 01 26

notre avis

Cette étude représente une nouvelle stratégie de traitement par vaccination thérapeutique, différente des traitements antirétroviraux, permettant une remontée du nombre de CD4 et de baisser l’activation immunitaire chronique avec ses effets pathogènes sur l’organisme.

Ce traitement additionnel de l’infection par le VIH-1 n’apportera probablement aucun bénéfice aux participants, une réponse efficace n’étant pas assurée. Mais cette étude pourrait permettre d’aller vers de nouvelles approches thérapeutiques et améliorer l’évolution de la maladie au long terme.

Une indemnisation financière est prévue. Médecin et personnel ont reçu une formation spéciale pour le suivi particulier [3] des personnes participant à l’étude.

Notes

[1] 3S  : fragment du virus capable d’entraîner la destruction des CD4 par contact.

[2] vaccin thérapeutique  : substance injectée destinée à stimuler le système immunitaire afin que celui-ci aide l’organisme à lutter contre une maladie déjà présente. Ici le vaccin expérimental est constitué d’un fragment synthétique 3S du virus VIH-1 (conjugué peptido-protéique adjuventé).  Il a pour but de bloquer l’effet du fragment 3S viral, par la production d’anticorps anti 3S qui, en se fixant sur lui, l’empêcheront d’entrer en contact avec les CD4. Voir aussi l’article sur l’état des lieux des vaccins thérapeutiques, en page 6 de ce numéro.

[3] suivi particulier  : relever toute rougeur ou induration au point d’injection, fièvre passagère ou prolongée, surveillance de la charge virale qui peut être détectable sur une courte durée après la vaccination, prise en charge immédiate de tout problème inattendu, connaissance des remarques de la personne vaccinée sur son carnet d’autosurveillance qu’elle doit remplir quotidien­nement. Si aucun événement indésirable n’apparaît après chaque vaccination, il sera procédé à l’injection de la dose suivante (6 jours).

Traitements Recherche

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Traitements Recherche</p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]