Accueil du site > Sexwork > Des députéEs responsables de violences

Des députéEs responsables de violences contre les travailleuses du sexe

publié en ligne : 21 juin 2011

Une proposition de résolution en faveur de l’abolition de la prostitution a été déposée le 20 juin 2011 à l’Assemblée nationale par des députéEs de droite et de gauche. Ce texte vise à préparer le terrain à une proposition de loi ayant pour objectif de pénaliser les clients des travailleurSEs du sexe .

Depuis la fin de l’année 2010, une campagne visant à prohiber le travail du sexe est organisée, avec comme cheffe de file Danièle Bousquet.
Cette dernière a multiplié les déclarations en faveur d’une pénalisation des clients, annoncée comme la mesure phare d’un rapport d’information parlementaire publié en avril avec Guy Geoffroy, un député de la frange sécuritaire de l’UMP.

La médiatisation de cette mesure a pour effets actuels d’accroître les violences auxquelles sont confrontées les travailleuses du sexe les plus précaires, celles qui travaillent en extérieur, sur les trottoirs, dans les bois ou dans des camionnettes.

Les témoignages des travailleuses du sexe sont de plus en plus nombreux et certainEs parlementaires font mine de l’ignorer. Rien d’étonnant à cela au vu de l’aveuglement idéologique et électoraliste dans lequel ils et elles sont. Par exemple, Danielle Bousquet a osé déclarer à la presse cet hiver que « seules les associations de travailleuses du sexe et de santé communautaire s’opposaient à la pénalisation des clients ».
Cela montre le peu de considération qu’elle accorde aux premierEs concernéEs...

Les travailleuses du sexe s’opposent à la pénalisation des clients. Même sans avoir été adoptée, cette mesure a pour conséquence d’accroître les violences physiques et sexuelles ainsi que le harcèlement policier, et la tendance à devoir trouver une « protection » auprès de proxénètes.
Par ailleurs, elle induira une baisse de leurs revenus. Les associations de lutte contre le sida, aux côtés des travailleurSEs du sexe, s’opposent à la prohibition de la prostitution et à son effet délétère sur la prévention du VIH/sida et des IST , cette mesure augmentera le nombre d’infections et, du propre aveu de Danielle Bousquet [1], ne l’éliminera pas.
Le lien entre précarité, violences et baisse des exigences préventives n’est plus à démontrer.

Un pan entier du plan national de lutte contre le VIH est remis en cause par ces mesures et leurs effets immédiats. Ce plan qui a vu le jour quand Roselyne Bachelot-Narquin était ministre de la Santé a été sabordé par cette même personne, devenue ministre des affaires sociales.
Interpellée à ce sujet le 10 juin dernier lors de la mise en place du comité de suivi du plan, Nora Berra, secrétaire d’Etat à la Santé, n’a donné aucune réponse.

Marie-George Buffet, présidente du groupe d’études parlementaire sur le sida est signataire de cette proposition de résolution où les mots VIH ou sida n’apparaissent pas une seule fois.

Danielle Bousquet (PS), Guy Geoffroy (UMP), Jean-Marc Ayrault (PS), Martine Billard (PG), Marie-George Buffet (PCF), Yves Cochet (Verts), Christian Jacob (UMP), François Sauvadet (NC) Roselyne Bachelot-Narquin (UMP) et Marie-Jo Zimmermann (UMP, présidente de la Délégation aux droits des femmes) sont coupables de l’accroissement des violences faites à des travailleuRses du sexe précaires.

Ils et elles persistent à leur refuser des droits et à les maintenir dans un statut de sous-citoyenNes dont ils et elles nient la parole, les témoignages, les manifestations [2]. Nora Berra cautionne.

À cette heure où les violences se multiplient, leur responsabilité est engagée.

Notes

[1] Conférence de presse de présentation du rapport le 13 avril 2011 à l’Assemblé nationale

[2] À l’initiative du Syndicat du travail du sexe (STRASS) et du Collectif Droits & Prostitution, un manifestation pour la reconnaissance de droits protecteurs et contre le harcèlement policier et la pénalisation des clients s’est tenue le 2 juin à Paris.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]