Accueil du site > Égalité des droits Homophobie > Nora Berra s’enfonce un peu plus

Nora Berra s’enfonce un peu plus

publié en ligne : 4 avril 2011

Les médias évoquent un communiqué de Nora Berra répondant aux protestations unanimes suscitées par ses propos au Sénat. Comme nous l’avions prévu, Nora Berra parle d’ « incompréhension » et ne demande pas d’excuses pour un choix malheureux de mots. Ce sont les « professionnels de la polémique » les responsables, et non elle, la professionnelle de la politique, dont la première responsabilité est de maîtriser le pouvoir des mots.

Mais quel malentendu une phrase aussi claire peut-elle susciter : « l’homosexualité est un facteur de risque pour le VIH » ? Nora Berra affirme qu’elle entendait « évidemment » la notion de pratiques à risque et non le fait d’être homosexuel. Alors, quand Nora Berra a dit au Sénat : « l’homosexualité est un facteur de risque pour le VIH », nous aurions dû comprendre « les pratiques à risques sont un facteur de risque ». Donc, quand Nora Berra dit « l’homosexualité », nous devons comprendre « pratiques à risques ».

Effectivement, toute « incompréhension » est dissipée. Quel degré d’homophobie faut-il à une personne pour s’imaginer que, quand elle parle d’une orientation sexuelle, son auditoire va penser immédiatement « risque de transmission du VIH » ? Quel niveau d’incompétence faut-il pour qu’une personne au pouvoir entretienne de tels amalgames auprès du public ?

Berra nous présente son passé comme marque de bonne foi. Rappelons justement son passé récent : un conflit d’intérêt dû à ses 10 ans passés dans l’industrie pharmaceutique, la dissimulation d’un rapport essentiel à un débat sur la santé des étrangers, la baisse des subventions aux associations de prévention : voilà un palmarès qui donne en effet confiance.

Act Up-Paris maintient ses revendications. Puisque la secrétaire d’Etat à la Santé est incapable de prendre la mesure des mots qu’elle prononce et des protestations légitimes qu’elle suscite, nous demandons l’intervention de François Fillon ou de Nicolas Sarkozy. Après le dernier remaniement, le chef de l’état et le chef du gouvernement peuvent-ils encore se permettre des polémiques en soutenant l’incompétence de Nora Berra ?

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]