Sida, le Guide des droits sociaux

L’organisation de la fin de vie

publié en ligne : 1er avril 2010

La fin de vie

Le/La médecin doit respecter la volonté d’une personne en phase avancée ou terminale d’une affection grave ou incurable de limiter ou d’arrêter tout traitement après l’avoir informé des conséquences de son choix. Lorsqu’une personne, en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, est hors d’état d’exprimer sa volonté, le/la médecin peut décider de limiter ou d’arrêter un traitement inutile, disproportionné ou n’ayant d’autre objet que la prorogation artificielle de la vie, ce après avoir respecté une procédure précise.

Les directives anticipées

Toute personne peut rédiger des directives anticipées qui indiquent les souhaits relatifs à la fin de vie (limitation ou arrêt des traitements). Valables trois ans, elles doivent être formulées dans un document écrit, daté et signé par leur auteurE. Ce/Cette dernièrE s’identifie également par son nom, son prénom, ainsi que sa date et son lieu de naissance. Elles peuvent être renouvelées, modifiées ou révoquées à l’issue des trois ans. Les documents peuvent être conservés par leur auteurE mais aussi par le/la médecin qu’il/elle aura choisiE ou par unE proche. Dans tous les cas, l’existence de ces directives doit être mentionnée dans votre dossier médical.

Recherche thématique dans le Guide des Droits Sociaux

[ Mots clés disponibles ]

Nos médias

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER><b>Nos médias</b></p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]