Accueil du site > Trans > Résolutions de l’Assemblée Générale (...)

Résolutions de l’Assemblée Générale des personnes trans

publié en ligne : 26 avril 2010

L’Assemblée Générale des Trans à l’initiative de l’association OUTrans a réuni ce dimanche 25 avril 2010 une cinquantaine de participantEs, dont les associations Chrysalide, Trans-Europe, l’Intertrans, ACTHE, le MAG, les Flamands Roses, les Panthères Roses, IdentiT, le comité Idaho, Act Up-Paris, Etudions Gayment, Mutatis Mutandis et OUTrans, et une trentaine d’individu-e-s.

D’autres associations et collectifs ont fait connaître leur position par procuration, comme le GEsT, Trans-Aide et Pink FreaK’X.

C’est dans un contexte pressant dû au calendrier imposé par le Ministère de la Santé sur le projet de Centres de Référence que s’est tenu cette Assemblée Générale.

Si l’Assemblée a voté majoritairement contre le projet de centre de référence tel que proposé par la Haute Autorité de Santé dans son Rapport sur la prise en charge du transsexualisme, elle entend bien néanmoins participer activement aux réunions de travail avec le Ministère de la Santé.

Des personnes représentantes de l’Assemblée ont été mandatées pour porter les points suivants auprès du Ministère :
- absence de test de vie réelle,
- libre-choix du médecin, possibilité de parcours hors-centre de référence et remboursements assurés,
- absence de critères d’admission pour entrer dans ces centres,
- élargissement des catégories professionnelles réunies dans ces centres par rapport aux équipes hospitalières existantes,
- non-obligation de l’hormonothérapie réversible,
- obligations des praticiens à contribuer à la communauté scientifique internationale,
- changement d’état-civil facilité,
- place décisionnaire des associations de personnes concernées dans les centres de référence,
- individualisation des parcours, y compris sur le plan corporel,
- prise de modèle sur les Plannings Familiaux.

Par ailleurs, l’Assemblée Générale a voté la résolution suivante :

Pour mettre en œuvre la dépsychiatrisation des transidentités, la prise en charge de la transition doit exclusivement se fonder sur une déclaration de consentement éclairé sans aucune forme d’évaluation ou de diagnostic.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]