Accueil du site > Prévention > Bachelot-Narquin empêche tout débat

sida : quelle prévention ?

Bachelot-Narquin empêche tout débat

publié en ligne : 27 novembre 2009

Roselyne Bachelot-Narquin a annoncé le 27 novembre 2009 « les grandes orientations » du plan national de lutte contre le sida pour 2010-2013, auxquelles auraient contribué les associations. Act Up-Paris, qui participe depuis juin dernier à l’élaboration de ce plan, dénonce la communication du ministère de la santé, particulièrement sur les enjeux de la prévention.

Act Up-Paris participe depuis juin dernier à l’élaboration de ce plan, encore inachevé. Dans sa communication, Roselyne Bachelot-Narquin semble entériner, en matière de prévention, une approche dite « de réduction des risques sexuels » et laisse supposer que cette orientation aurait fait l’objet d’un accord de la part de l’ensemble des associations. Ce qui n’est pas le cas.

Cette proposition est issue du rapport commandé par la Direction générale de la santé sur les nouvelles approches de prévention qui vient seulement d’être remis aujourd’hui à la ministre. Roselyne Bachelot Narquin entérine donc ses orientations sans même l’avoir lu et, surtout, sans même que ses conclusions aient été débattues par l’ensemble des acteurs et actrices de la lutte conre le sida.

Or ce rapport mérite un réel débat. Act Up-Paris en publiera une analyse détaillée.

Ce que nous pouvons en dire dès maintenant, c’est que les auteurEs ont d’emblée choisi d’axer leur travail en faveur d’une approche dite de « réduction des risques sexuels », sans pour autant la définir et sans analyse réelle des lacunes des dispositifs de prévention actuels.

Si la ministre de la santé décide de communiquer sur ce sujet, sans consulter des associations comme la nôtre, c’est qu’il y a tout lieu de penser que ce rapport n’était qu’un prétexte pour imposer l’adoption d’une politique de réduction des risques qui ne peut que faire controverse au sein de la communauté gay.

Act Up-Paris exige que :

- Cette orientation soit discutée par les personnes concernées ;
- Que les diverses propositions du rapport Pialoux-Lert soient discutées au regard d’une stratégie globale de lutte contre le sida.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]