Accueil du site > Égalité des droits Homophobie > Irak : LGBT assassinéEs, tout le (...)

Irak : LGBT assassinéEs, tout le monde se tait

publié en ligne : 15 avril 2009

Ce mercredi 15 avril 2009, des militantEs d’Act Up-Paris ont manifesté devant l’Institut français des relations internationales (IFRI) qui accueillait Adil ABD AL-MAHDI, vice-Président de la République d’Irak, lors d’une conférence. Cette action visait à dénoncer les récents massacres de gais irakiens et le silence qui les entoure. Les militantEs ont été rapidement interpelléEs par la police puis retenuEs dans une rue parallèle pendant plus de 2 heures.

Dans les deux derniers mois, une vingtaine d’hommes homosexuels - ou supposés comme tels – ont été assassinés à Sadr City. L’association Iraqi LGBT alerte depuis la communauté internationale sur des assassinats massifs d’homosexuels. Chaque jour, les lesbiennes, gais, bis et trans en Irak font l’objet de persécutions et de violences physiques et morales. Pourtant Adil ABD AL-MAHDI est reçu aujourd’hui officiellement par l’État français, il doit intervenir dans cette conférence qui part du postulat que « la situation en Irak semble entrer dans la voie de l’apaisement et de la réconciliation entre les différentes communautés. Le niveau de violence a fortement décru (…) » et il va se taire sur les mises à mort imminentes de centaines d’homosexuels [1].

En Irak, l’homosexualité n’est plus pénalisée. Cependant, les autorités politiques et religieuses, et des milices, mènent une guerre sans fin aux LGBT et tiennent régulièrement des discours d’incitation à la haine à leur égard [2]. Selon un activiste de l’association Iraqi LGBT, 600 personnes auraient été tuées depuis 2004, du fait de leur homosexualité. Après les LGBT, leurs familles font aussi l’objet d’oppressions, voire de crimes sanglants. En plus des atteintes graves aux droits humains, les exactions que connaissent les LGBT en Irak font le jeu morbide de l’épidémie de VIH/sida.

Adil ABD AL-MAHDI doit être reçu par Nicolas Sarkozy cet après-midi. Nous attendons qu’à l’occasion de cette entrevue, le gouvernement français s’exprime sur le sort des LGBT persécutéEs en Irak et fasse jouer la diplomatie française pour que cessent ces violences.

Au regard des engagements pris par Rama Yade le 17 mai dernier, en perspective du congrès mondial contre l’homophobie à l’initiative du gouvernement français qui aura lieu le 15 mai prochain, il serait intolérable que la France ne dise rien, ne fasse rien et se taise encore une fois.

Act Up-Paris exprime son soutien à l’association LGBT Iraqi et aux lesbiennes, gais, bis et trans oppriméEs en Irak.

Act Up-Paris exige :

- que les autorités irakiennes cessent les persécutions, les emprisonnements et les massacres programmés de lesbiennes gays, bi et trans ;
- qu’à l’occasion de l’entretien qu’il aura avec le vice-Président d’Irak, Nicolas Sarkozy, en tant que chef d’Etat, condamne fermement les violences faites aux lesbiennes, gais bis et trans en Irak, conformément aux engagements pris par le gouvernement français ;
- que le gouvernement français ouvre le droit d’asile aux personnes persécutéEs dans leur pays d’origine en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

Notes

[1] voir le communiqué d’Amnesty International

[2] lire l’interview d’Ali Hili sur Rue 89 et le récent article du New York Times

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]