Accueil du site > L’association > Élections > Questions aux candidatEs

Dossier Municipales

Questions aux candidatEs

publié en ligne : 14 février 2008 dans Action 111

Nous avons rassemblé les thèmes les plus pertinents de la lutte contre le sida dans un contexte d’élections municipales, et en avons produit ce questionnaire à l’adresse des principaux/principales candidatEs à la Mairie de Paris, afin qu’ils/elles y explicitent leurs points de vue et leurs programmes concernant ces sujets urgents.

Thème I : le logement des séropositifVEs

Trop de séropositifVEs sont à la rue aujourd’hui à Paris. Se loger est un droit. Pour les malades c’est une nécessité vitale afin de pouvoir se soigner. En France, plus du quart des malades du sida doivent se contenter des 628 euros mensuels d’une AAH ou du minimum invalidité faute de pouvoir travailler en raison de leur état de santé. 18 % des séropositifVEs sont dépourvuEs de logement individuel. Ces malades n’ont d’autre solution pour se loger que d’obtenir un logement social de droit commun de type « PLAI ». Or les délais d’obtention sont intolérablement longs, ces logements connaissent le taux de rotation le plus faible du parc social parisien et 75 % des demandeurSEs de logements sociaux disposent de revenus inférieurs aux plafonds « PLAI ». Françoise de Panafieu s’est engagée à réaliser, sur 2008-2014, 9 000 logements sociaux, Bertrand Delanoë et Marielle de Sarnez 40 000, Denis Baupin 54 000.
Question 1 : La mise en place de la Plate-forme Interassociative Logement Sida (PILS) a constitué une première réponse aux difficultés des personnes vivant avec le VIH pour obtenir un logement. Quel bilan en tirez-vous ? Comment comptez-vous pérenniser le partenariat établi avec le département de Paris ?
Question 2 : Comment entendez-vous faire de la maladie ou du handicap un critère réellement prioritaire dans l’attribution des logements sociaux ?
Question 3 : Comptez-vous rendre obligatoire la mise en place de commissions d’attribution transparentes dans toutes les mairies d’arrondissement et harmoniser les critères d’attribution ?
Question 4 : Que représentera la part de logements « PLAI », dits logements très aidés, dans les logements que vous vous engagez à réaliser ? Pensez-vous que cela répondra à la réalité des besoins ?
Question 5 : Quels autres moyens proposez-vous pour le nombre de logement social de droit commun accessibles aux personnes malades et handicapées en situation de précarité

Thème II : précarité et handicap

Près de la moitié des séropositifVEs sont inactifVEs du fait de leur maladie. Parmi elles et eux, la moitié ont moins de 760 euros par mois pour vivre et se soigner et de plus en plus de séropositifVEs se retrouvent au RMI faute d’une reconnaissance réelle de leur handicap.
Question 1 : Les délais de traitement des demandes d’AAH dépassent habituellement à Paris le délai légal de 4 mois. Vous engagez-vous à réduire cette durée d’attente ? Comment ?
Question 2 : Vous engagez-vous à intégrer les associations de malades au sein de la commission exécutive de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) ? Quelle gouvernance souhaitez-vous donner à la MDPH de Paris ?
Question 3 : De plus en plus de séropositifVEs sont confrontéEs à des situations de précarité qui mettent en cause leur santé et obère leur espérance de vie, quelle offre d’accompagnement social souhaitez-vous leur proposer ?

Thème III : santé & prévention

Paris est la capitale européenne du sida. La Région Ile-de-France représente seulement 19 % de la population française mais près de la moitié des séropositifVEs vivent en Ile-de-France. Chaque jour 20 personnes sont contaminées en France, dont la moitié en région parisienne. 71 % des contaminations concernent des hétérosexuelLEs, 44 % des découvertes de séropositivité concernent des femmes. De toute évidence, la question du sida doit constituer une priorité politique pour Paris.
Question 1 : Face au renchérissement du coût de l’accès aux soins et à la santé, beaucoup de ParisienNEs s’adressent aux centres de soins municipaux et aux Centres de Dépistage Anonyme et Gratuit (CDAG). Leur fonctionnement est inadapté et décourageant (attente, contingentement, délais de remise des résultats, etc.). Quels moyens supplémentaires êtes-vous prêtE à dégager pour améliorer cette offre de soins et de prévention ?
Question 2 : En tant que maire de Paris, vous présiderez l’AP-HP. Les hôpitaux parisiens manquent de moyens pour la prise en charge des malades du sida et répondent mal aux spécificités de la maladie. Comptez-vous faire de cette question une priorité ? Comment ?
Question 3 : Souhaitez-vous mettre en place des campagnes de prévention du VIH/sida réalistes, directes, ciblées, explicites et répétées ? Pensez-vous impliquer les associations de lutte contre le sida dans leur réalisation ?
Question 4 : Vous engagez-vous à subventionner les associations LGBT ? Leur action en matière de prévention des conduites à risques est irremplaçable.

Thème IV : accès aux soins des étrangerEs

La mise à l’index des étrangerEs, notamment « sans-papiers », rend difficile leur accès aux soins, ce qui est pourtant un enjeu de santé publique.
Question : Quels dispositifs concrets, pensez-vous mettre en place au niveau municipal, pour mieux prendre en compte les besoins spécifiques des étrangerEs dans l’organisation du système de soins parisien ?

Nous vous tiendrons informéEs des réponses reçues.



L'association

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]