Accueil du site > International > Pour éviter le pire, Nicolas Sarkozy (...)

Conférence sur le Fonds mondial, Berlin, 25-26 septembre 2007

Pour éviter le pire, Nicolas Sarkozy doit recevoir directement les associations de lutte contre le sida

publié en ligne : 21 septembre 2007

Ce vendredi 21 septembre, à moins d’une semaine de la conférence sur le Fond Mondial Sida qui se tient les 25 et 26 septembre prochains à Berlin, Act Up-Paris appelle à nouveau sans relâche les bureaux de l’Elysée pour obtenir un rendez-vous avec Nicolas Sarkozy.

En matière de financement par la France de la lutte contre le sida, Nicolas Sarkozy a pris des engagements très clairs :

« Je me suis engagé sur l’accès universel au traitement du sida en 2010. Je me suis engagé pour que l’on fasse plus pour la santé des Africains. La France finance 10% du total des dépenses sur le Fonds sida, paludisme, tuberculose. Il n’est pas question de dire cela pour dire : « cela suffit ». Au contraire, nous sommes prêts à faire davantage ».

« Le G8 s’est engagé à financer la santé en Afrique à hauteur de 60 milliards de dollars au cours des prochaines années. Les Etats-Unis se sont engagés à financer la moitié de cette somme. Quant à la France, elle va consacrer un milliard de dollars par an à la santé en Afrique ».

Nicolas Sarkozy a tenu ces promesses les 7 et 8 juin dernier. Aujourd’hui, à une semaine de la Conférence de Berlin, il s’apprête à renier ses engagements, et à laisser la contribution française stagner à 300 millions d’euros. Devant les associations, des conseillers de l’Elysée ont justifié cette mesure au nom de la politique de défiscalisation : des milliers de malades vont être privéEs de traitements pour financer la baisse des impôts.

Il s’agit là d’une profonde erreur humaine, politique et économique. Nous demandons à Nicolas Sarkozy de nous recevoir au plus vite, pour le convaincre de son erreur.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]