Accueil du site > Traitements Recherche > Accès aux soins > La Grave : Prise d’otage

Act Up-Toulouse

La Grave : Prise d’otage

publié en ligne : 20 février 2007 dans Action 105

Depuis plusieurs mois les militantEs d’Act Up-Toulouse, suivent de près l’avenir de l’hôpital La Grave, malgré les efforts de la Mairie de Toulouse et de la direction de l’hôpital de les en éloigner. Après le CDAG, c’est à la pharmacie de voir ses horaires d’ouverture se réduire comme peau de chagrin.

Depuis le 2 janvier, Daniel Moinard, le Directeur général des hôpitaux de Toulouse, soutenu dans son action par la mairie, a pris la décision de fermer définitivement la pharmacie hospitalière de l’hôpital La Grave : décision prise alors que le comité de pilotage pour le devenir de l’hôpital n’a pas achevé sa réflexion à ce sujet. C’est par leurs actes que Daniel Moinard et Françoise De Veyrinas, représentant la mairie de Toulouse au sein du Conseil d’Administration du CHU, démontrent leur mépris des usagerEs de l’hôpital et les prennent en otage.

Pour justifier leur politique spéculative, dont l’objectif est la construction d’un hôtel de luxe en lieu et place du seul hôpital public de proximité de Toulouse, Jacques Delmas, directeur des pharmacies du CHU communique dans la presse : « il s’agit d’une mesure administrative, correspondant à une ré-organisation des services, motivée entre autre par la faible activité de cette pharmacie qui recevait six malades par jour en moyenne » et « les horaires d’ouverture de la pharmacie vont être élargis : ils passeront de 13 heures à 18 h à 8h30 à 18h ».

Les responsables du CHU oublient, en revanche, de préciser que ces horaires d’ouverture ne vont pas être élargis mais qu’au contraire une réduction du service public hospitalier est à l’oeuvre. En effet, avant le 13 janvier 2005, il existait deux pharmacies hospitalières ayant ces mêmes horaires d’ouvertures : ce sont ces mêmes responsables qui ont, dans un premier temps, réduit le temps d’ouverture de la pharmacie de La Grave. Le 2 janvier 2007, ils achèvent leur travail et la ferme.

Quant à la « faible activité » de cette pharmacie, il serait plus honnête d’expliquer qu’elle résulte de la politique de gestion appliquée à l’hôpital La Grave. En déménageant progressivement les services de cet hôpital, les responsables ont chassé les usagerEs, qui ont donc été forcés d’aller voir ailleurs.

Les décisions concernant l’avenir de l’hôpital La Grave semblent déjà actées par Daniel Moinard et la mairie de Toulouse. Le Comité de pilotage pour son devenir n’est qu’une façade pour donner l’illusion d’une concertation démocratique.

Act Up Toulouse dénonce ces méthodes « de casse » de l’hôpital public et appelle les usagerEs, les syndicats et le personnel hospitalière à nous contacter pour organiser une marche funèbre, mais festive et militante autour de la sauvegarde de l’hôpital La Grave.

Act Up-Toulouse : 10 bis rue du Colonel Driant, 31400 Toulouse - 05 61 14 18 56 - mail Permanences : lundi, mardi, jeudi : 9h à 12h et de 14h à 18h, mercredi, vendredi : 9h à 12h.

Traitements Recherche

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Traitements Recherche</p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]