Rendez-nous nos 52 amants

Egypte, Etat homophobe

Au Caire comme à Paris, la sodomie c’est la vie

publié en ligne : septembre 2001 dans Action 75

52 hommes, pour la plupart homosexuels, sont actuellement jugés en Egypte sur la simple allégation de leur orientation sexuelle. Arrêtés le 10 mai dernier et détenus depuis cette date, ils ont été déférés le 18 juillet devant la Haute Cour de sûretés, juridiction d’exception - il est, notamment, impossible de faire appel de ses décisions. Les chefs d’accusation (comportement obscène entre hommes, offense à la religion pour deux d’entre eux) n’ont qu’un objectif : réprimer l’homosexualité réelle ou supposée de ces 52 personnes pour en faire un exemple auprès de tous les homosexuels égyptiens. Bref, il s’agit de faire de l’homosexualité un délit.

Les autorités égyptiennes ont eu d’autres occasions de manifester violemment leur haine des pédés. En juin dernier, à New York, au cours de la Session Spéciale des Nations Unies consacrée à la lutte contre le sida, l’Egypte s’était opposée à ce qu’une association de défense des droits des homosexuels siège aux tables rondes et prenne part aux débats, allant même jusqu’à refuser que la minorité homosexuelle soit nommément prise en compte parmi les populations particulièrement vulnérables. En outre, la délégation égyptienne n’avait pas hésité à proposer au vote un paragraphe stigmatisant les homosexuels comme principaux responsables de la propagation de l’épidémie.

D’un côté, l’Egypte criminalise les homosexuels, rendant impossible toute politique de prévention du VIH, de l’autre, elle les accuse de favoriser l’extension de l’épidémie.

L’homophobie de l’Etat égyptien, elle, est criminelle. C’est pourquoi nous exigeons :

- la libération immédiate et inconditionnelle des 52 détenus,
- l’ouverture d’une enquête sur les actes de torture dont les accusés affirment avoir été victimes,
- le respect du droit à vivre librement sa sexualité en Egypte.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]