Essais d’antiretroviraux contre le VIH

AZL 30004

glaxosmithkline

publié en ligne : 30 juin 2002 dans Protocoles 24

Essai randomisé, en ouvert, multicentrique, de phase IIIb/IV, évaluant l’efficacité et la tolérance, d’une quadrithérapie antirétrovirale, Trizivir® plus Sustiva®, chez 3 groupes de personnes vivant avec le VIH 1.

à qui s’adresse cet essai ?

A des personnes âgées de plus de 18 ans, n’ayant jamais été traités auparavant, naïves, et ayant une charge virale supérieure à 100 000 copies/ml et/ou des CD4 inférieurs à 200/mm3. Cet essai recrutera 334 malades dont 80 en France. Il est réalisé dans 20 centres en France dont 7 en Ile de France.

commentaire

C’est un essai de l’industrie pharmaceutique. L’idée est d’évaluer, en première intention, l’efficacité virologique d’une combinaison d’antirétroviraux ne comprenant pas d’antiprotéase. En tapant tôt et fort, cela permettra peut être ensuite « d’alléger » à une trithérapie de Trizivir®. Le but initial recherché est intéressant, il permet en effet d’initier un traitement avec peu de comprimés (en terme d’observance cela peut se révéler utile), et d’éviter de prendre des antiprotéases quand on a une charge virale élevée. Mais le laboratoire encore une fois (voir Protocoles 23) ne profite pas d’un essai qui va se dérouler sur 72 semaines pour évaluer les effets secondaires au-delà d’un questionnaire alibi que les malades doivent remplir et de quelques prélèvements qui mesurent le taux de cholestérol, etc. Nous regrettons que le laboratoire ne se donne pas les moyens d’en faire un essai qui évalue les effets secondaire tels que les troubles de la répartition des graisses (liés à l’efavirenz) ou les troubles du système nerveux central par exemple.

Par ailleurs, il est délicat de le conseiller à un ami, car commencer un traitement par une quadrithérapie comprenant de l’efavirenz n’est pas une chose facile. Il y a des formules, éprouvées, qui sont moins contraignantes en termes d’effets secondaires. Il est suffisamment difficile de commencer un traitement, sans en rajouter sur les effets psychologiques. Car en plus l’effet dépressif de l’efavirenz est une fois de plus occulté : aucune référence à un recours psy.

Cet essai a commencé à recruter et il est intolérable et non éthique qu’on le propose à des malades qui viennent juste d’apprendre leur séropositivité. Cette période trop déstabilisante et perturbante pour permettre de donner un consentement éclairé, mériterait un entourage plus attentif de la part de l’équipe. Pourtant cela continue à se produire à la Pitié Salpêtrièrie, notamment où l’on a proposé l’essai à quelqu’un qui ne connaissait sa séropositivité que depuis deux semaines.

quel est l’objectif de l’essai ?

L’objectif principal est d’évaluer l’efficacité virologique, en terme de diminution de la charge virale dans le sang, de l’association de quatre antirétroviraux, ainsi que la durée optimale d’une quadrithérapie, avant d’alléger à une trithérapie.

quels sont les traitements proposés ?

Vous recevrez 2 médicaments Trizivir® (en 1 comprimé 2 fois par jour) + Sustiva® (3 gélules 1 fois par jour) pendant 24 semaines (six mois), puis, si la réduction de la multiplication du virus dans le sang est suffisamment importante, il vous sera attribué aléatoirement les médicaments d’un des trois groupes de traitement suivant :
- 1er Groupe de traitement : vous prendrez le même traitement jusqu’à la fin de l’essai, soit pendant encore 48 semaines (72 en tout) : Trizivir® + Sustiva® (5 comprimés par jour).
- 2ème Groupe de traitement : votre traitement sera alléger pendant les 48 semaines suivantes : Trizivir® (2comprimé par jour).
- 3ème Groupe de traitement : votre traitement sera le même pendant 24 semaines encore : Trizivir® + Sustiva® (soit 5 comprimés par jour), puis il sera allégé pendant les 24 dernières semaines : Trizivir® (2 comprimé par jour).

Le Trizivir® est une trithérapie à base de trois analogues nucléosidiques (AZT+3TC+abacavir) en un seul comprimé. Il est produit par Glaxo-SmithKline. Le Sustiva® (efavirenz) est un antiviral de la classe des non nucléosidiques. Produit par Bristol-Myers Squibb Pharma.

quels sont les critères d’évaluation ?

Critère principal : mesure de la charge virale, Critères secondaires : pourcentage de CD4, événements cliniques liés aux traitements, questionnaire de satisfaction.

comment se déroule l’essai ?

- Visite de pré-inclusion trois semaines avant le début du traitement, avec prélèvement de sang (NFS, taux de CD4, charge virale, etc.).
- Visite de l’inclusion avec prélèvement de sang, mêmes examens qu’à la pré-inclusion avec un dépistage des virus de l’hépatite B et/ou C.
- 7 Visites de suivi auront lieu, avec prise de sang . A S6 vous devrez répondre à un questionnaire de satisfaction . A S24, si la charge virale est supérieure ou égale à 50 copies/ml vous ne pourrez pas poursuivre l’essai.
- Les visites suivantes se font à S36, S48, S60 et S72, avec prélèvement de sang.

Lors de la visite d’inclusion, et à S24, S48 et S72, le prélèvement de sang se fait à jeûn pour évaluer le taux de cholestérol, de glucose, de triglycérides et de lactates dans le sang.

L’essai a commencé à recruter en novembre 2001, une cinquantaine de patients ont déjà été recrutés en France. La fin des inclusions est prévue pour juillet 2002. Les premiers résultats seront disponibles à partir d’octobre 2003.

qui contacter ?

- investigateur principal, Dr Jacques Reynes, Hôpital de Chauliac 34000 Montpellier : 04 67 33 72 20
- la ligne d’information d’act up-paris sur les essais cliniques les mercredi, jeudi et vendredi de 14h00 a 18h00 : 01 49 29 44 82

Traitements Recherche

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Traitements Recherche</p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]