Accueil du site > Égalité des droits Homophobie > En Iran, l’homosexualité est un crime (...)

En Iran, l’homosexualité est un crime puni de mort

publié en ligne : 9 août 2005

En Iran, deux adolescents âgés de 16 et 18 ans ont été pendus le 19 juillet dernier, sur la place publique d’Edalat dans la ville de Mashhad au nord-est du pays. Pour dénoncer la peine de mort et la pénalisation de l’homosexualité en Iran, des rassemblements sont organisés le jeudi 11 août à Paris, Montpellier et Londres.

En Iran, deux adolescents âgés de 16 et 18 ans ont été pendus le 19 juillet dernier, sur la place publique d’Edalat dans la ville de Mashhad au nord-est du pays.

Ces deux garçons, mineurs au moment des faits, ont été condamnés pour le viol d’un adolescent de 13 ans, mais d’autres sources indiquent qu’en fait ils ont été exécutés en raison de leur pratiques homosexuelles. Quoiqu’il en soit, tout porte à croire que le caractère homosexuel des actes reprochés a été un élément déterminant dans la sévérité des peines prononcées et dans leur exécutions. Ces assassinats légaux s’inscrivent parfaitement dans la politique de répression et de haine homophobe de l’Etat iranien.

En outre, en exécutant ces deux adolescents, âgés de 14 et 16 ans au moment des faits, l’Iran enfreint gravement - une fois de plus - le droit humanitaire international. En tant qu’État signataire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et de la Convention des droits de l’enfant, l’Iran s’est, en effet, engagé à ne plus exécuter des personnes mineures.

« Ces exécutions sont inacceptables et nous sommes très inquiets quant à l’évolution de la situation des droits humains en Iran » a déclaré le collectif d’associations qui a sollicité un rendez-vous auprès de l’ambassadeur d’Iran en France, afin de lui faire part de son indignation. La peine de mort est une arme de contrôle social inadmissible ; elle frappe notamment les femmes et les minorités sexuelles.

Pour dénoncer la peine de mort et la pénalisation de l’homosexualité en Iran, notre collectif d’association appelle à un rassemblement le jeudi 11 août :
- à PARIS : 19h sur le parvis de la place Beaubourg
- à MONTPELLIER : 12h sur la place de la Comédie (Trois Grâces)
- à LONDRES : 13h au 16 Prince’s gate.

Nous exigeons
- des autorités iraniennes la dépénalisation de l’homosexualité entre adultes consentants et, dans cette attente, la libération des toutes les personnes détenues ou condamnées uniquement du fait de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.
- de l’Iran le respect rigoureux de ses engagements internationaux en matière de droits humains.
- l’abolition de la peine de mort en Iran.

Le collectif demande également aux autorités françaises qu’elles condamnent officiellement ces exécutions, qu’elles respectent scrupuleusement le droit d’asile des personnes issues de minorités sexuelles et qu’elle restent extrêmement vigilantes et fermes face à l’homophobie dans le monde.

9 pays condamnent encore l’homosexualité à la peine capitale : Iran, Arabie Saoudite, Afghanistan, Mauritanie, Soudan, Nigeria, Yémen, Pakistan, Emirats Arabes Unis.

« Pas d’homo à l’échafaud ! » : signez la pétition d’Ensemble contre la peine de mort sur www.abolition.fr.

Cet appel a été signé par : Académie Gay & Lesbienne, Act Up-Paris, AGLA France, ARDHIS, C’est l’bouquet !, Collectif contre l’homophobie, Commission LGBT des Verts, Coordination InterPride France, Coodination Lesbienne en France, Centre lesbien, gai, bi & trans de Paris et Ile-de-France, Ensemble contre la peine de mort, Homonormalités, Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans, Les Panthères roses, Soeurs de la Perpétuelle Indulgence (couvents de Paname et d’Atlantique Sud), Solidarité Internationale LGBT, SOS Homophobie

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]