Accueil du site > L’association > Huit membres d’Act Up-Paris en (...)

Huit membres d’Act Up-Paris en procès le 27 janvier : appel à rassemblement

publié en ligne : 27 janvier 2005

Le jeudi 27 janvier, huit membres d’Act Up-Paris passeront au Tribunal de Grande Instance de Paris au motif « d’avoir volontairement dégradé un bien classé ou inscrit, le palais de l’Elysée (monument historique), appartenant à la présidence de la République, dégradation dont il est résulté un dommage grave [...] ».

En 15 ans d’activisme, c’est la première fois qu’une action d’Act Up-Paris contre une institution publique conduit à un procès de ce type. Il s’agit bel et bien d’une tentative d’intimidation pour nous faire comprendre que le Président de la République serait intouchable et n’aurait aucun compte à rendre sur la politique qu’il mène en matière de lutte contre le sida.

Nous appelons à un rassemblement, le jour même, à 10 heures, devant le Palais de justice, pour dénoncer la criminalisation de l’activisme et rappeler qu’au vu de la politique menée par Chirac, les pouvoirs publics ont mieux à faire en matière de lutte contre le sida que de faire des procès à ceux et celles qui luttent contre la pandémie.

Les faits

Le mardi 30 novembre 2004, à la veille de la journée mondiale de lutte contre le sida, à 10 heures du matin, ces militantEs ont manifesté devant l’Elysée. Du faux sang a été jeté sur les grilles et la façade. En fait de « dommage grave », ce liquide teint avec des colorants alimentaires était intégralement nettoyé en fin de matinée. La qualification du délit prouve donc bien qu’il s’agit d’une mesure d’intimidation.

Les activistes ont été arrêtéEs et placéEs en garde à vue pendant 24 heures, dans des conditions déplorables (propos transphobes, homophobes et sexistes, couchage à terre avec 2 couvertures pour 8 personnes, difficultés à se faire administrer des traitements antirétroviraux, refus d’un accès aux toilettes pour une personne sous traitements souffrant de diarrhées, etc.).

Les raisons d’un zap

Les raisons de dénoncer publiquement le Président de la République sont nombreuses :
- Jacques Chirac et son gouvernement ont démantelé l’Aide Médicale d’Etat et privent les étrangerEs sans papierEs de soins gratuits. La remise en cause de ce dispositif s’apparente à une véritable application du principe de préférence nationale au système de santé. Elle compromet l’accès au dépistage et aux soins pour une population particulièrement vulnérable au VIH et aux autres épidémies.
- Jacques Chirac et son gouvernement appliquent une réforme de la Sécurité sociale hostile aux malades et aux handicapéEs, et qui, notamment, instaure une véritable taxe sur la maladie en mettant en place un forfait non remboursable de un euro par consultation et par acte médical.
- Malgré ses promesses, le handicap n’est pas une priorité de Jacques Chirac ni de son gouvernement : le montant de l’Allocation Adulte Handicapé est toujours inférieure à la moitié de celui du SMIC.
- Jacques Chirac renie ses engagements internationaux en matière de la lutte contre le sida. En juin 2001, il avait promis que la France contribuerait aux 10 milliards de dollars indispensables pour enrayer la pandémie. Or, la contribution des pays riches n’atteint pas 4 milliards de dollars en 2004. Jacques Chirac en est le premier responsable : France ne verse aujourd’hui que 150 millions d’euros, quand le Royaume-Uni contribue à hauteur de 700 millions d’euros par an.

Les promesses non tenues de Chirac sont légion. En ce qui concerne le sida, ses mensonges tuent.

Combattez le sida, pas les malades, pas les activistes

Alors même que le sida a été déclaré grande cause nationale, il est scandaleux que la colère légitime et le combat des séropositifVEs, des militantEs soient ainsi criminaliséEs. Ni Jacques Chirac, ni son gouvernement, ni les pouvoirs publics, ne nous feront taire. Nous continuerons au contraire à leur demander des comptes sur les politiques de santé publique menées contre les malades ainsi que sur les promesses non tenues.

Nous appelons donc à un rassemblement

- pour manifester notre soutien et notre solidarité envers les 8 militantEs inculpéEs ;
- pour dénoncer la criminalisation des actions de désobéissance civile ;
- pour condamner la politique menée par Jacques Chirac et ses promesses non tenues.

Rassemblement le 27 janvier à 10 heures devant le Palais de justice - Métro Cité

Nous invitons les associations, partis politiques, syndicats à soutenir cet appel, en transmettant la signature de votre structure à l’adresse suivante : actup AT actupparis.org (remplacez AT par @)

Signataires

AC ! (Le Havre) ; Académie Gay & Lesbienne ; Actions Traitements ; Act Up-Lyon ; Act Up-Toulouse ; Aides (Paris Ile de France) ; Aids Hilfe Munich (Allemagne) ; Les Alternatifs ; Alternative Libertaire Guyane ; An nou Alle ; Association des gays et lesbiennes arméniennes (AGLA) ; Arcat ; Cabiria ; Catred ; Cedetim ; C’est l’bouquet ! ; CGT Timing ; Chicago Recovery Alliance (USA) ; le groupe Claaaaaash (Collectif Libertaire Anticapitaliste Antireligieux Antifasciste Antiautoritaire Antiraciste Antirévisionniste antiSexiste et antiHomophobe) ; Collectif des chomeurs et précaires 43 ; Collectif La santé n’est pas une marchandise ; Collectif National Droits des Femmes (CNDF) ; section syndicale de la Confédération Nationale du Travail de la Maison Martin Margiela /Neuf S.A.S. ; Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques du Bas Rhin (CDAFAL 67) ; revue Contrapoder (Espagne) ; Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et à la Contraception (CADAC) ; Couples contre le sida ; CSST Chimène ; Droit au logement (DAL) ; Coordination InterPride France (CIF) ; EGO ; Emancipation-Tendance intersyndicale ; Emergence ; ESTI(g)MA (Portugal) ; European Aids Treatment Group (EATG) ; Fédération anarchiste ; Femmes publiques ; Les Flamands roses ; FASTI ; Frisse ; Frontaids (Russie) ; Gay Kitsch Camp (Lille) ; Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI) ; Groupe Activiste Trans (GAT) ; Griselidis ; Groupe SOS ; Grupo Português de Activistas sobre Tratamentos de VIH/SIDA (GAT, Portugal) ; Grupo de Trabajo sobre Tratamientos del VIH (gTt, Espagne) ; IDAHO (International Day Against Homophobia) ; Interflex (Italie) ; Jeunesses Communistes Révolutionnaires ; Le Laboratoire ; Ligue des Droits de l’Homme (section Mulhouse) ; groupe activiste Les Putes ; Mix-cité ; MONAR-Krakow Drugs Project (Pologne) ; Mouvement Français du Planning Familial ; Multitudes ; Ni Putes, Ni Soumises (comité Gironde-Aquitaine, Drôme-Ardèche et Hauts-de-Seine) ; Observatoire du droit des usagers (ODU) ; Les panthères roses ; le PASST ; Réseau ville-hôpital "Ressource" ; Sidaction ; Sida info Service (Guyane) ; Social awareness service Organisation (SASO, Inde) ; Siloë ; Sol En Si ; Solidarité Résistance Antifasciste (SRA) ; "Souriez-Vous-êtes-Filmé-es !" ; SOS Hépatites ; SOS Homophobie ; Stalingrad quartier libre ; SUD Éducation (Guyane et Haute-Normandie et Lot-et-Garonne) ; SUD Étudiant ; Fédération Sud-Santé Sociaux ; Survie ; syndicat CGT du ministère de la santé ; Syndicat de la magistrature ; Syndicat de la médecine générale (SMG) ; Les traboules ; Collectif Trans’Act ! ; Transhépate ; Union Solidaire ; Universidad Nómada (Espagne) ; Vacarme ; Les Verts.

Et ainsi que Paul Alliès (directeur dpt de sciences politiques, université de Montpellier) ; Karim Aou (conseiller municipal Villeurbanne) ; Marie Josée Augé-Caumon ; Clémentine Autain (conseillère municipale Paris) ; Francine Bavay ; Amal Bedjaoui (cinéaste) ; Alain Berberian (cinéaste) ; Pierre Bergé (président de Sidaction) ; Martine Billard (députée Paris) ; Francis Blanc (médecin) ; Christophe Blandin-Estournet ; Daniel Borrillo (chercheur CNRS) ; Laurent Cantet (cinéaste) ; Robin Campillo (cinéaste) ; Michel Cerdan ; Josiane Ceret ; Anne Coppel (sociologue) ; Sergio Coronado (porte-parole des Verts) ; Elsa Dorlin (enseignante chercheuse études genre) ; Olivier Ducastel et Jacques Martineau (cinéastes) ; Didier Eribon (philosophe) ; Michel Feher (philosophe) ; Jan Feigenbaum ; Sophie Giannesini ; Christophe Girard (adjoint au Maire de Paris chargé de la Culture) ; Anne Hidalgo (CRIPS Ile de France) ; Xavier Knowles (conseiller municipal Paris) ; Sophie Giannesini ; Anne Leclerc ; Cécile Lhuillier ; Noël Mamère (député Gironde) ; Antoine Manzinello ; Alain Martinole ; Marc Morel (juriste) ; Luna Plast ; Jean-Marc Priez ; Pascale Ourbih (actrice) ; Nathalie Piloni ; Sylvie Priez ; Elisabeth Rivollier (docteur) ; Albert Saloin ; Véronique Symon ; Mathieu Thévenin ; Louis-Georges Tin (chercheur) ; J-C. Tymoczkoa (avocat) ; Andrea Vamos ; Daniel Welzer-Lang (professeur de sociologie, université Toulouse Le Mirail) ; Laurent Ziegelmeyer.



L'association

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]