Accueil du site > International > Honte : la France annonce publiquement

Honte : la France annonce publiquement qu’elle ne tiendra pas ses engagements

publié en ligne : 23 novembre 2004

Lors de la conférence de presse de l’ONUSIDA pour la présentation de son rapport 2004, Mireille Guigaz, ambassadrice de la France au Fonds mondial de lutte contre le sida a admis publiquement que la promesse de Chirac ne sera pas tenue. Pendant ce temps, 10000 personnes meurent chaque jour du sida.

Aujourd’hui, l’ONUSIDA, lors de la conférence de presse de présentation de son rapport 2004, a annoncé le chiffre vertigineux de 40 millions de personnes atteintes par le vih/sida dans le monde. Au cours de cette même conférence, M. Sidibe (directeur du département d’appui aux pays et régions de l’Onusida) exposait plus que clairement les moyens nécessaires et efficaces pour enrayer l’épidémie : 17 milliards de dollars en 2005. Alors que 6 millions de malades ont un besoin immédiat de traitement, seuls 440 000 d’entre eux y ont accès dans les pays du Sud. M. Sidibe mettait en avant les raisons de l’échec actuel : les donateurs ne contribuent pas à leur juste part.

Cela n’a pas empêché la porte-parole de la France, Mireille Guigaz, ambassadrice sida, d’annoncer publiquement, en réponse aux questions insistantes d’un militant d’Act Up : « l’objectif des 10 milliards n’est pas réalisable, la France n’a aucun reproche à recevoir ».

Si, la France peut se reprocher de laisser mourir les malades du sida : 10 000 morts par jour.

Il y a quatre jours, la France, alliée aux Etats-Unis, tentait de saborder le Fonds mondial en ralentissant son rythme de décaissement. Les propos tenus aujourd’hui par Mireille Guigaz au nom de la France confirme la politique délirante menée par notre pays : au moment où l’épidémie ne cesse de croître, la France, elle, ne cesse de rompre ses engagements.

A une semaine de la Journée Mondiale contre le Sida, Act Up-Paris dénonce la rupture par Jacques Chirac de sa promesse « le Fonds mondial devrait bientôt atteindre 10 milliards de dollars par an » (G8 de Gênes, 2001) à un moment où celle-ci devrait être au contraire revue nettement à la hausse. La France qui devrait déjà contribuer à hauteur de 600 millions de dollars en a versé moins d’un tiers cette année.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]