Accueil du site > Prévention > NoKpote = hépatites

NoKpote = hépatites

publié en ligne : 14 juin 2004

Pendant un rapport sexuel non ou mal protégé, les virus qui détruisent le foie sont facilement transmissibles. L’évolution vers la cirrhose ou le cancer du foie est très fréquente. Explications.

hépatite A (VHA)/ hépatite E (VHE)

La transmission du VHA et du VHE est similaire. La contamination se fait par voie oro-fecale. La forme la plus grave est l’hépatite A fulminante, qui survient 1 fois sur 1 000 et peut être mortelle. Les anti-corps dirigés contre le virus de l’hépatite A disparaissent en quelques mois : cela signifie que l’on peut attraper plusieurs fois une hépatite A. Un vaccin existe.

Le virus de l’hépatite E est plus fragile que le virus A. On peut le rencontrer aussi dans les zones tropicales. Une forme fulminante donc mortelle peut apparaître. Il n’y a pas de vaccin disponible.

hépatite B (VHB)/hépatite Delta(VHD)

Le dépistage peut être réalisé dans les centres de dépistage anonymes et gratuits (CDAG). Il est recommandé de réaliser les sérologies : VIH, VHB, VHC, VHD, syphilis.

Le VHB est 100 fois plus contagieux que le VIH. On peut estimer que le virus B est presque aussi contagieux que la syphilis. 80% de la population gay a été au contact du VHB. Il est important de vous faire vacciner.

L’hépatite B peut guérir spontanément. Dans le cas contraire l’hépatite B devient chronique pour 10% des cas. On peut ne pas s’en apercevoir. Pendant toute cette période la personne est contagieuse. 150.000 personnes sont touchées par une infection chronique au VHB en France et 500 millions dans le monde.

Coinfection VIH/VHB : importante chronicité chez les séropos VIH+
La chronicité de l’hépatite B chez les sujets infectés par le VIH est plus importante : plus de 20%. L’évolution vers des phases graves de la maladie (cirrhose, cancer) est plus rapide et plus fréquente. Un suivi régulier est alors vivement recommandé. La particularité du VHB consiste en l’existence de nombreuses souches mutantes, compliquant l’approche médicale du VHB, surtout en cas de coinfection VIH. La consommation d’alcool et de drogues est extrêmement néfaste dans ce type de coinfection.

L’hépatite Delta
Le virus de l’hépatite delta (VHD) ne peut pas se développer en dehors du VHB. La vaccination contre le virus de l’hépatite B protège donc du virus de l’hépatite Delta. Le VHD augmente le taux de passage à la chronicité de l’hépatite, provoquant une évolution plus sévère et rapide de la maladie. La coinfection VHB / VHD/ VIH est fréquente. Elle expose à de très graves complications.

hépatite C (VHC)

En France, 780 000 personnes sont touchées. Au niveau mondial, 3% de la population est atteinte. L’évolution chronique est à redouter dans 80 % des cas. La coinfection VIH/VHC, la prise d’alcool, accélèrent l’évolution.

La transmission sexuelle est estimée à 8% chez les homos et les bisexuels. Les contaminations ont lieu en cas de lésion des muqueuses ou d’herpès. Les pratiques fist non protégées constituent une voie d’entrée pour le virus. Lorsque l’on est porteur du VHC, la vaccination contre l’hépatite A et l’hépatite B est vivement recommandée.

Protégez-vous ! Faites-vous dépister ! Contre l’hépatite A et l’hépatite B, faites-vous vacciner !

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]