Accueil du site > Prévention > Malade donc coupable

Malade donc coupable

publié en ligne : 19 mai 2004

Le tribunal correctionnel de Strasbourg vient de condamner un homme de 31 ans, séropositif, à 6 ans de prison ferme pour avoir contaminé deux de ses partenaires. En tant qu’association de malades et de lutte contre le sida, nous condammons cette decision de justice, comme toutes les mesures visant à la criminalisation des séropositifVEs.

Cet homme a donc été condamné (en son absence) pour « administration volontaire d’une substance nuisible ayant entraîné une infirmité permanente ». Depuis toujours Act Up combat une telle logique qui non seulement criminalise les malades mais véhicule également un message éminemment dangereux en termes de prévention.

Comment peut-on accepter qu’unE séropositifVE soit seulE à porter la responsabilité d’un rapport sexuel non protégé ? Condamner unE séropositifVE c’est dédouaner son ou sa partenaire séronégatifVE de toute responsabilité en matière de prévention. Le statut sérologique d’un être humain ne peut pas être considéré comme un élément à charge ; le sida est une maladie, pas une arme.

Ce qui est criminalisé, ce n’est pas la transmission elle-même, mais bien la connaissance qu’avait l’accusé de sa séropositivité. En ce sens, une telle condamnation ne peut que décourager les personnes à aller se faire dépister.

La criminalisation des séropositifVEs est incompatible avec les enjeux de Santé publique.

Nous sommes particulièrement affligéEs de devoir rappeler que les associations de lutte contre le sida, ainsi que le Conseil Nationale du Sida, réprouve la criminalisation des séropositifVEs.

Act Up Paris exige :
- que la décision du tribunal de Strasbourg soit unanimement condamnée par les instances médicales, les juristes, les responsables administratifs et politiques ;
- que le tribunal revienne sur sa décision en cas de nouveau jugement.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]