Accueil du site > Égalité des droits Homophobie > Quand Jospin parle, c’est pour être (...)

Quand Jospin parle, c’est pour être homophobe

publié en ligne : 18 mai 2004

Lionel Jospin s’est prononcé ce week-end contre le mariage pour les couples de même sexe. L’ancien premier ministre, qui avait, il y a deux ans, annoncé son retrait de la vie politique, est économe de prise de position publique. S’il condamne publiquement le mariage homosexuel c’est donc que le sujet lui tient vraiment à cœur. Comme Dominique Perben, comme Christine Boutin, comme Ségolène Royal, comme Jacques Chirac, Jospin s’oppose à l’égalité des droits entre homos et hétéros. Comme ces hommes et ces femmes politiques, Jospin est homophobe.

Une homophobie de longue date

En juin 1998, Jospin intervient pour censurer une campagne de prévention du vih/sida, destinée à être publié dans des quotidiens nationaux. Il justifie cette censure en condamnant le « Prosélytisme homosexuel ». La même année, alors qu’il laisse à des parlementaires le soin de préparer la loi sur le Pacs, le Premier ministre montre tellement de réticence à le soutenir que lors du vote à l’Assemblée, la droite parvient à faire voter une motion d’irrecevabilité : le Pacs ne pourra être adopté qu’un an plus tard.

Ni de droite, ni de gauche : homophobe

Les arguments utilisés par Jospin sont les mêmes que ceux qu’utilisent aujourd’hui Ségolène Royal, Dominique Perben ou Jacques Chirac. Elisabeth Guigou ou Christine Boutin y ont eu recours au moment des débats sur le Pacs. Jospin, comme tant d’autres, prétexte un ordre naturel et symbolique inexistant, pour rabaisser les couples de même sexe. Il ose ensuite prétendre, reprenant une antienne très en vogue actuellement, que ce ne serait pas homophobe de tenir de tels discours. Pourtant, quel autre nom donner à ceux et celles qui refusent aux personnes des droits en raison de leur orientation sexuelle ?

En tenant encore aujourd’hui le même argumentaire homophobe que la droite, Lionel Jospin nous rappelle simplement pourquoi nous n’avons pas voté pour lui en avril 2002.

Nous demandons
- à Lionel Jospin, qu’il se taise : il respectera ainsi la parole donnée il y a 2 ans.
- au Parti Socialiste qu’il réaffirme sa position prise, la semaine dernière, en faveur du mariage homosexuel, qu’il travaille activement en ce sens et qu’il défende l’égalité des droits entre femmes, hommes, hétéros, homos et trans.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]