Essai effets indésirables

Kalétrig

publié en ligne : 30 octobre 2003 dans Protocoles 30

Etude pilote, prospective, ouverte, multicentrique, évaluant les dyslipidémies et leurs causalités pharmacocinétiques chez les patients traités par une combinaison antirétro-virale comprenant du lopinavir/r.

à qui s’adresse cet essai ?

A 30 patients naïfs d’inhibiteurs de protéase (IP) et 30 patients en échec d’une première ou deuxième ligne d’IP et débutant un traitement antirétroviral incluant le lopinavir/r (Kalétra®).

commentaire

Le lopinavir, de la classe des IP, est connu pour provoquer une augmentation importante du taux de cholestérol et de triglycérides. Ce type d’anomalies augmente le risque de pancréatite aiguë et surtout le risque cardiovasculaire. La protéine P-gp a été identifiée comme pouvant influencer l’efficacité de certains IP. L’essai comprend donc une recherche des modifications génétiques de cette protéine qui permettra aux participants de bénéficier en plus de l’habituelle surveillance des troubles du métabolisme glucido-lipidique d’examens plus spécifiques.

Le choix du lopinavir/r chez les patients en échec d’un 1ère ou d’un 2ème inhibiteur de protéase peut se justifier pleinement. Par contre chez les personnes débutant un traitement antirétroviral, le choix est plus discutable, sauf si la charge virale et les CD4 l’impose. A quel niveau intervient le laboratoire ? La liberté de prescription du médecin doit rester entière. Les questions posées par cet essai sont pertinentes mais, la durée de l’essai donc du suivi des patients semble beaucoup trop courte pour constater scientifiquement la montée réelle des dyslipidémies. L’étude du rôle de la P-gp semble plus prometteuse compte tenu de son impact en temps réel. La mesure de l’activité de la lipo-protéine lipase après éparine est intéressante scientifiquement mais sans bénéfice individuel direct pour les patients.

quel est l’objectif de cet essai ?

- Il s’agit d’étudier principalement la relation entre les concentrations sanguines de lopinavir et les taux de cholestérol total, des triglycérides et des VLDL (lipoprotéines de très faible densité) sur une période de 6 mois.
- L’incidence sur la survenue des dyslipidémies du traitement par lopinavir sera également examinée.
- En outre, afin de rechercher une éventuelle population à risque au niveau des troubles lipidiques pour le lopinavir/r, l’essai clinique se propose d’étudier les facteurs prédictifs associés à l’élévation des triglycérides (sexe, âge, antécédents cardio-vasculaires personnels et familiaux, taux de cholestérol, stade de la maladie, durée d’exposition aux antirétroviraux).
- Par ailleurs, une étude du profil génétique portant sur la protéine P-gp (responsable de l’absorption, de la distribution et de l’élimination des antirétroviraux) sera réalisée pour chaque participant afin d’établir un lien avec l’efficacité de lopinavir, la charge virale et le taux de CD4.

quels sont les critères pour y entrer ?

Etre majeur, être naïf de tout traitement ou ne pas avoir reçu plus de deux IP (une petite dose de ritonavir pour booster un IP n’est pas considéré comme un traitement à part entière) ne pas être sous traitement hypolipémiant (médicament permettant de baisser le taux de cholestérol) ne pas présenter d’hypertriglycéridémie de grade 3 dans les 3 mois précédant l’inclusion, ne pas avoir d’infection opportuniste évolutive.

quels sont les critères d’évaluation ?

Le critère principal est d’établir la relation entre l’incidence des anomalies lipidiques sous lopinavir/r.

Les critères secondaires sont : la variation moyenne des triglycérides, des VLDL, du cholestérol total, LDL, HDL et de la glycémie après mise sous lopinavir/r ; les facteurs prédictifs associés à l’élévation des triglycérides ; la relation entre le génotype de la P-gp et les concentrations sanguines de lopinavir/r, la charge virale et le taux de CD4 ; la relation entre la diminution de la charge virale à la 2ème semaine et la réponse virologique à la 24ème semaine ; le nombre de patients présentant une hypertriglycéridémie de grade 3 (sévère) ou 4 (menace vitale).

comment se déroule l’essai ?

Au cours de la 1ère visite un certain nombre de données cliniques (antécédents de risques cardio-vasculaires tels que : hypertension artérielle, diabète, obésité, tabac, événement coronarien, traitement antiréroviral, etc.) et biologiques (charge virale, bilan lipidique, génotype de la P-gp, etc.) seront collectées. Le traitement comportera une combinaison d’antirétroviraux incluant lopinavir/r. A l’issu de la 2ème semaine de traitement, un prélèvement sera réalisé afin d’apprécier la tolérance biologique du traitement, son efficacité sur la charge virale ainsi que l’étude des concentrations de lopinavir/r, des triglycérides et du cholestérol. Si les concentrations mesurées de lopinavir/r sont trop faibles, la dose sera réadaptée afin que le traitement soit efficace. Au cours des visites des 12ème et 24ème semaines, des dosages seront à nouveau réalisés, pour les mêmes raisons. La mesure des VLDL, des triglycérides et du cholestérol sera également effectuée.

L’essai se déroule dans 9 hôpitaux de la région parisienne. Période d’inclusion : 6 mois, durée de l’étude : 6 mois, début de l’étude : 1er semestre 2003.

qui contacter

- Coordinateur clinique de l’essai : Dr. Jean-Luc Meynard, Hôpital Saint Antoine 75012 Paris, tél : 01 49 28 24 38
- La ligne d’information d’Act Up-Paris sur les essais cliniques : le mercredi, le jeudi et le vendredi de 14h00 à 18h00, 01 49 29 44 82

grille de lecture

conditions d’entrées
naïfs oui et non
pré-traités oui et non
charge virale indifférent
nombre de CD4 indifférent
infections opportunistes non
bénéfices directs oui

Traitements Recherche

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Traitements Recherche</p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]