Psycho

publié en ligne : 1er décembre 2003 dans Protocoles Hors Série : Prise en charge extra-VIH

La prise en charge psychologique est envisagée par certaines personnes vivant avec le VIH comme un composant essentiel de leur suivi.

Epidémiologie

Il existe deux grandes catégories de symptômes qui concernent l’aspect psychique des personnes vivant avec le VIH : les manifestations psychologiques et psychiatriques. Si ces deux complications sont souvent intriquées leurs causes et leur prise en charge diffèrent. L’utilisation des antirétroviraux a permis de réduire le nombre de démence liées au virus, mais les dysfonctionnements psychiques restent fréquents. On estime aujourd’hui que 20 à 70 % des personnes vivant avec le VIH souffrent d’une affection psychologique (anxiété, angoisse, déprime). Les troubles plus graves, tels que les hallucinations, les manifestations psychotiques chroniques, les idées suicidaires, affectent significativement plus les personnes vivant avec le VIH que le reste de la population.

Causes

L’infection elle-même et l’image qu’elle véhicule est l’une des causes premières des problèmes psychiques. Parfois c’est en faisant ressurgir des angoisses latentes, non dites, que le VIH agit, il est alors considéré comme un facteur déclenchant. C’est souvent le cas lors du diagnostic qui s’avère être un vrai traumatisme. Mais, la charge virale, en particulier en cas de remontée ou de difficulté à la contrôler, est souvent la cause d’un épisode de déprime ou d’angoisse. Et physiquement, cette prolifération virale, qui signe un échec thérapeutique peut agir directement sur le système nerveux central et provoqué encore aujourd’hui des cas de démence (encéphalopathies à VIH). Le développement de certaines pathologies, opportunistes ou non, entre elles aussi en jeu dans le déclenchement ou l’alimentation de ces troubles. Ainsi, l’infection par le CMV, les lipodystrophies, la perte de la libido, une ménaupose précoce ou encore les accidents cardiaques interagissent.

Enfin, certains traitements provoquent des effets intolérables, comme l’interféron, les corticoïdes ou encore les traitements de la tuberculose et de certains cancers. C’est également le cas de certains antirétroviraux. L’éfavirenz est le plus redouté dans ce domaine, il provoque des troubles du système nerveux central dans plus de 45 % des cas, allant du cauchemar au suicide (vertige, angoisse, agressivité, dépression). L’abacavir, quant à lui s’est retrouvé à plusieurs reprises soupconné d’être à l’origine d’épisodes de crises psychiatriques, sans pour autant avoir été directement incriminé. Ce dossier reste ouvert.

Dépistage

Les signes de la déprime qui doivent inciter à consulter unE spécialiste sont l’asthénie, la fatigue, le sentiment d’oppression, d’angoisse, les insomnies répétées et persistantes. La dépression s’accompagne en plus de repli sur soi, de perte d’appétit, de perte de libido ou d’altérations cognitives (troubles de la mémoire, de la concentration). Les troubles psychiatriques sont souvent plus décelables par l’entourage que par la personne atteinte, il s’agit d’hallucinations, d’un état maniaque (exaltation exagérée), de confusions mentales, de délires et de démences.

Prise en charge

Des traitements existent, mais le travail réaliser avec l’aide d’unE professionnelLE ne doit pas être écarté. UnE psy peut aider à la remise en route de la vie quand la déprime l’a chassée. Les solutions miracles n’existent pas, le/LA psy ne les possède pas, mais les moyens pour s’en sortir se trouvent à l’intérieur de soi. Le travail réalisé tout au long des séances peut aider à les mettre au jour. Il existe 3 types de professionnelLEs. Le/LA psychiatre est unE médecin qui a effectué une spécialisation, et qui peut donc prescrire des traitements psychotropes. Le/LA psychologue n’est pas médecin, mais a terminé un cursus universitaire de psychologie. Le/LA psychanalyste a effectué une analyse. Cette fonction peut être également porté par unE psychiatre et unE psychologue. Enfin, seules les consultations d’unE psychiatre peut être pris en charge par le 100 %.

Les traitements utilisés dans une prescription psy dépendent de l’intensité des problèmes. Il existe plusieurs classes : les tranquillisants qui agissent sur l’anxiété (anxiolytique), le sommeil (hypnotique) et la relaxation ; les antidépresseurs ; les hypnotiques ; les neuroleptiques qui agissent sur l’hyperactivité neuro-musculaire, les psychosomaticiennes et les sédatifs. Il est important de savoir que les antirétroviraux qui réduisent de façon efficace les troubles cognitifs et les démences liés au VIH en abaissant la charge virale, peuvent par ailleurs interagir avec certains traitements psy. Le ritonavir par exemple est déconseillé voire contre-indiqué avec la plupart de ces traitements, l’amprénavir quant à lui est contre-indiqué avec le pimozide (Orap®).

Enfin, les mesures juridiques, telles que la sauvegarde de justice, la tutelle, ou l’hospitalisation sous contrainte peuvent être envisagée en cas de mise en danger de la personne atteinte.

Traitements Recherche

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Traitements Recherche</p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]