Accueil du site > L’association > Tour du monde des discriminations

Tour du monde des discriminations

publié en ligne : 27 juin 2003 dans Action 89

La liste des pays appliquant des conditions d’entrée restrictives et discriminatoires envers les personnes étrangères vivant avec le sida.

Allemagne (Bavière) : Un résultat de test de dépistage VIH négatif est demandé à toutE étrangerE souhaitant rester plus de 6 mois.

Arabie Saoudite : Un résultat de test de dépistage VIH négatif est demandé pour toute entrée sur le territoire.

Belgique : Un certificat de santé contenant un test VIH négatif est demandé à toute personne non membre d’un pays de l’Europe.

Chine : Un résultat de test de dépistage VIH négatif est demandé à toutE étrangerE souhaitant rester plus de 6 mois.

Colombie : Un test est demandé à toute personne "susceptible" d’être séropositive.

Etats-Unis : Par principe, les USA refusent l’entrée de leur territoire à toute personne vivant avec le virus.

Grèce : Un résultat de test de dépistage VIH négatif est demandé aux prostituéEs étrangerEs.

Irak : Jusqu’à présent, toutE étrangerE désirant rentrer sur le territoire irakien devait se soumettre à un test de dépistage VIH. Ceci ne s’appliquait pas aux musulmanEs en transit, aux enfants de moins de 14 ans non hémophiles, aux hommes de plus de 60 ans et aux femmes de plus de 50 ans.

Kazakhstan : ToutE visiteurSE restant plus d’un mois doit présenter un résultat de test de dépistage VIH négatif dans les 10 jours qui suivent son arrivée.

Ouzbekistan : Un premier résultat de test de dépistage VIH négatif est demandé à toutE étrangerE désirant rester plus de 15 jours. Ce test est à renouveler après 3 mois, et tous les ans ensuite.

Royaume-Uni : Toute personne n’ayant pas « l’air en forme » à la frontière peut être soumise à un test de dépistage du VIH

Russie : Les personnes VIH+ ne sont pas autorisées à pénétrer sur le territoire.

Saint-Vincent : Un résultat de test de dépistage VIH négatif est demandé à tous les demandeurs de visa, même touristique.

Salvador : Un résultat de test de dépistage VIH négatif est demandé à toute personne de plus de 15 ans demandant un visa, même touristique.

Syrie : Un résultat de test de dépistage VIH négatif est demandé aux personnes âgées de 15 à 60 ans restant plus de 15 jours.

Thaïlande : Les personnes porteuses de maladie transmissibles ne sont pas autorisées à entrer dans le pays. Toutefois, aucun certificat de santé n’est demandé à la frontière.

Bulgarie, Géorgie, Kirghizstan, Iles Marshall, Yémen : Un résultat de test de dépistage VIH négatif est demandé pour les étrangerEs restant plus de 1 mois.

Biélorussie, Cuba, Jordanie, Moldavie, Norvège, Tadjikistan, Taiwan, Turkménistant, Ukraine : Un résultat de test de dépistage VIH négatif est demandé pour les étrangerEs restant plus de 3 mois.

La liste des pays criminalisant le risque de transmettre ou la transmission du VIH

Allemagne : Le 18 juillet 2001, un homme a été condamné à 10 ans de prison pour avoir eu des rapports sexuels non protégés avec au moins quatre femmes, sans divulguer son état.

Autriche : En mars 2001, un homme séropositif de 34 ans a été condamné à passer 3 mois en prison, pour avoir sucé un autre homme sans utiliser de capote.

Canada : Au moins 15 affaires concernant des relations sexuelles sont jugées ou en cours, ayant parfois entraîné des peines de 1 à 11 ans de prison. La séropositivité est considérée comme un facteur aggravant.

Danemark : En février 2001, le ministre de la Justice a proposé des modifications au droit criminel prévoyant une peine de 4 ans de prison contre toute personne qui « expose sciemment » une autre au risque d’infection.

Écosse : En février 2001, un homme séropositif a été reconnu coupable de « négligence criminelle » pour avoir eu des rapports sexuels non protégés avec sa partenaire et a été condamné à 5 ans d’emprisonnement. Au Royaume-Uni, l’hospitalisation forcée des personnes contaminées est autorisée par la loi.

États-Unis : Trois approches différentes selon les Etats : l’obligation de révéler sa séropositivité avant les rapports sexuels (l’usage de préservatifs n’est pas une défense recevable), la criminalisation d’actes légaux si effectués par des personnes vivant avec le virus (le don de sang pour les homosexuels, le tapin pour les prostituéEs séropositifVEs). La séropositivité est considérée comme un facteur aggravant des peines. De nombreuses personnes ont déjà été condamnées à des peines de prison pour meurtre ou homicide involontaire.

Nouvelle-Zélande : Pas de législation spécifique, mais un homme a été condamné à 5 ans de prison pour avoir eu des rapports sexuels non protégés.

Suède : Les personnes potentiellement infectées doivent se soumettre à un test et à un examen médical. Un séropositif est tenu par la loi de ne pas transmettre l’infection. L’hospitalisation forcée des personnes contaminées est autorisée par la loi. Récemment, des séropositifs ont été condamnés à des peines de prison et à des amendes pour avoir eu des rapports sexuels non protégés.



L'association

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]