Action = Vie 50 Cannabis thérapeutique

Cannabis thérapeutique

Édito

publié en ligne : 4 mai 2003 dans Action = Vie 50

Aujourd’hui de nombreux malades fument du cannabis, pour se libérer de douleurs ou de nausées, pour retrouver l’appétit, pour se détendre, pour dormir. Beaucoup sont porteurs du VIH. D’autres sont atteints d’hépatites, de cancer, de sclérose en plaque, d’arthrite, souffrent de crise d’épilepsie, ou encore d’autres maladies. Il est clair que le cannabis ne permet pas de soigner aujourd’hui des affections aussi complexes et qu’il n’est pas efficace notamment contre le sida, mais il permet à beaucoup de soulager des effets secondaires, de la maladie ou des traitements.

Ses vertus thérapeutiques ont à tel point été démontrées par leur utilisation qu’un certain nombre de pays ont fini par faire évoluer leur législation pour tolérer son utilisation à des fins médicales. C’est le cas par exemple du Canada, de la Suisse, de la Belgique, des Pays-Bas, de la Grande-Bretagne, mais aussi d’un certain nombre d’Etats américains (la Californie, l’Arizona, l’Alaska, Hawaï, le Maine, le Nevada, l’Oregon, Washington), aujourd’hui en conflit avec la Cour Suprême des Etats-Unis, qui entend faire respecter son interdiction totale. En France en revanche, la situation paraît largement bloquée. Mais il nous a semblé utile quand même de faire un rapide état des lieux, non seulement des indications thérapeutiques ou des formes d’utilisation (illégales) qui semblent se dégager au fil des années, mais de la loi française et de la jurisprudence, et des initiatives associatives qui se font jour.

Ce tour d’horizon trop rapide ne remplacera pas ce dont nous avons besoin : un cadre législatif susceptible de valider l’usage médical du cannabis au lieu de le rejeter dans l’ombre ; un marché qui nous garantisse des produits à teneur stable, qui ne soient pas coupés de toutes sortes de substances ; un contexte qui favorise la recherche et la formation des médecins à son utilisation rigoureuse. Il n’a pas non plus pour but de faire sous quelque forme que ce soit la promotion d’un usage illégal d’une drogue illégale. Mais il est temps de commencer à faire état des pratiques de bon nombre de malades et des résultats de bon nombre de chercheurs étrangers. Depuis quinze ans, la liste d’indications thérapeutiques de cette plante ne cesse de s’étendre. Notre idée est plutôt de vous aider à établir un dialogue fructueux avec votre médecin, pour qu’il puisse vous conseiller sur la meilleure démarche thérapeutique.

- La suite du numéro d’Action = Vie



L'association

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]